Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Epopée pixelisée

23 nov. 2007, 12:00

Le nouveau projet de Robert Zemeckis avait de quoi piquer notre curiosité. «Beowulf» est considéré par nombre d'experts comme l'un des plus anciens témoignages écrits de la littérature anglo-saxonne. La rédaction de ce poème épique remonterait au 8e siècle? Sans barguigner, le réalisateur de l'indémodable «Qui veut la peau de Roger Rabbit?» (1988) a passé ce monument à la moulinette numérique via le procédé «Performance Capture», qu'il avait déjà expérimenté en 2004 sur «Pôle Express».

Bardés de capteurs, des acteurs connus ont prêté leurs mouvements et leurs voix à des personnages de légende, au physique surhumain ou monstrueux, façonné par des logiciels redoutables d'efficacité. Sur le plan technologique, le résultat est cette fois plus probant! Ce traitement high-tech confère en effet à cette saga mi-barbare mi-chrétienne une étrangeté assez fascinante, même si nous n'avons pas l'heur de la découvrir en 3D avec les lunettes de rigueur, comme aux Etats-Unis. Pour ceux qui l'ignoreraient (j'en étais), précisons encore que Beowulf est un guerrier normand et maudit, car né des amours prohibées d'une séduisante mortelle et du diable. / vad

Neuchâtel, Palace; La Chaux-de-Fonds, Eden; 1h54
Votre publicité ici avec IMPACT_medias