Des visites bénévoles pour lutter contre la solitude

19 janv. 2010, 04:15

Bien souvent, les personnes résidant dans des homes souffrent de la solitude. Si elles le désirent, elles peuvent bénéficier d'un service mis en place par les Eglises.

Ainsi, chaque lundi, Josette Monnat rend visite bénévolement à André Aufstether, résident du home de la Sombaille à La Chaux-de-Fonds. Josette Monnat participe depuis une douzaine d'années au programme mis en place conjointement par l'Eglise réformée évangélique et l'Eglise catholique romaine du canton de Neuchâtel. «Je ne fais pas quelque chose d'extraordinaire. J'écoute, je discute, tout le monde peut le faire», déclare-t-elle.

Présentée à chaque nouveau résidant, l'activité des bénévoles complète celle des professionnels, à l'image de Rico Gabathuler, diacre-aumônier et responsable du projet. «La diminution générale des postes dans l'Eglise nécessite la création de ce genre de formation», explique-t-il. «Sur les différents homes chaux-de-fonniers, nous avons une vingtaine de bénévoles qui ont entre 45 et 80 ans». Ces derniers reçoivent une formation en six rencontres, dispensée par les deux institutions. Des thèmes comme la spiritualité, la théologie, la confrontation à la vieillesse et à la mort y sont abordés.

Il s'agit de former les bénévoles à l'écoute des personnes âgées, parfois délaissées par leurs familles. «J'ai été très frappée par la solitude de ces personnes», explique Josette Monnat. «Les moments passés avec elles m'apportent beaucoup de satisfaction et me permettent de concrétiser ma foi. Je peux aider mon prochain pour de vrai», souligne-t-elle.

La question religieuse est abordée de manière plus ou moins soutenue en fonction des personnes. «Il y a certaines limites à ne pas franchir, il est impératif de laisser un espace à la personne que je visite. Par exemple, je ne vais pas faire des prières avec tout le monde», explique la bénévole.

Elle reste discrète sur la nature des discussions avec les résidants. «C'est parfois très personnel, il m'arrive de vivre des moments très forts sur le plan émotionnel», confie-t-elle, les larmes aux yeux.

André Aufstether est tout aussi ému quand il se souvient des conversations qu'il a eues avec sa visiteuse et amie de longue date. «On parle du passé. Des bons moments… mais aussi des mauvais», dit-il. «Je suis en tout cas toujours ravi des visites de Josette! Bien que ma famille vienne souvent me voir et que le personnel soignant soit formidable, ces rencontres m'apportent quelque chose de plus».

Les visites ont lieu une fois par semaine. Chacune dure en moyenne une demi-heure. «C'est vraiment un maximum, après, je suis trop fatiguée», témoigne Josette Monnat.

Le mot de la fin revient sans doute à André Aufstether, qui déclare en souriant: «Ces visites sont vraiment magnifiques, elles nous aident à attendre ce qu'on attend…» /lch

Pour s'annoncer comme bénévole: 032 968 56 36

Des visites bénévoles pour lutter contre la solitude