Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des Securitas engagés dans les derniers trains de nuit

C'est une première dans l'histoire séculaire des Chemins de fer du Jura (CJ). Pour la première fois, la compagnie a engagé des Securitas pour accompagner les derniers trains de nuit du week-end. Une décision qui s'explique par certains débordements... Surprise, le week-end dernier, pour les habitués du train de nuit (il part de minuit et quart de La Chaux-de-Fonds pour Saignelégier) avec, à bord, la présence de Securitas. Y aurait-il quelque chose de changé dans la douce quiétude des transports CJ?

21 mars 2007, 12:00

«Il y a eu certains problèmes» concède Georges Bregnard, patron de la compagnie. «Ce n'est pas pire qu'ailleurs, mais ce que nous souhaitons, c'est la sécurité et le confort pour notre clientèle». Aussi, à titre d'essai durant deux mois, des agents de la sécurité (deux ou trois) vont emprunter les derniers convois le vendredi et le samedi, les voyages sensibles en quelque sorte...

Et pourquoi ne pas revenir au bon temps (voici vingt ans maintenant) où un contrôleur accompagnait toujours le chauffeur? «Cette solution est plus coûteuse et l'effet Securitas est plus dissuasif», ponctue le boss des CJ. Pourquoi dès lors en est-on arrivé à une telle extrémité? Il y a plusieurs raisons à cela. Primo, au départ de La Chaux-de-Fonds, il y a des bandes de la ville qui viennent provoquer les Taignons. Pour preuve, ce jeune Franc-Montagnard qui s'est fait récemment agresser sans raison par deux mecs et qui s'est retrouvé avec le nez cassé. Le problème commence sur le quai.

Secundo, il y a parfois entre 60 et 80 jeunes qui prennent ce train de nuit. Si la plupart se comportent bien, il y a quelque fois des débordements en raison de l'alcool et de la fumette. Parfois, certains empêchent les autres de descendre en gare des Bois. Or, les agents du train doivent tenir les horaires pour attraper le Noctambus franc-montagnard aux Emibois et le Noctambus jurassien à Saignelégier. Sans oublier les risques d'accident que ces bousculades provoquent. De quoi mettre grinche quelques conducteurs CJ.

Autre problème: l'état lamentable laissé dans les wagons après le passage de la meute de jeunes. Il faut parfois une bonne heure pour nettoyer la rame... Les plaintes sont venues également de clients qui rentrent de loin et qui se retrouvent au milieu de ces équipes... La plupart des agents reconnaissent que l'on a affaire à une bonne jeunesse (ça chante, ça s'amuse dans les wagons), mais que les excès de certains (et certaines) cassent le jeu. Certains montent sur La Chaux-de-Fonds à 20h avec des bouteilles de vodka et de vermouth. Vous imaginez les états à minuit!

Reste à savoir si cet essai va s'avérer concluant. /MGO

Votre publicité ici avec IMPACT_medias