Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des choix qui en demanderont d?autres

Il est de bon ton de tirer à boulets rouges sur le Conseil d?Etat. Surtout après l?annonce de décisions comme celles d?hier, qui ne font évidemment pas que des heureux, cela était prévisible. Le constat est pourtant très simple. Concernant la HE-Arc, le Conseil d?Etat avait le choix entre accepter le site unique à Neuchâtel ou laisser tomber la collaboration avec Berne et le Jura et mettre sur pied sa propre école cantonale d?ingénieurs, une école qui n?aurait jamais pu obtenir le label HES. Bref, un non-choix!

19 janv. 2008, 12:00

La solution adoptée en concertation avec les Bernois et les Jurassiens a au moins le mérite de montrer que les trois gouvernements de l?Arc jurassien savent, parfois, s?entendre pour trouver des solutions.

Mais le plus dur n?est pas encore fait. Car il faut maintenant convaincre les autres cantons romands, partenaires au sein de la HES de Suisse occidentale, et notamment les Vaudois et leur HEIG basée à Yverdon, qu?une concurrence entre les deux écoles serait stérile, voire suicidaire. Les trois ministres de l?Education et les responsables de la HE-Arc doivent donc se battre dès maintenant pour que les filières de l?école, spécifiques à l?activité industrielle de la région, deviennent les références indiscutables et indiscutées en Suisse romande.

Une fois le site de Neuchâtel entériné, l?option d?implanter le centre unique «mère-enfant» à La Chaux-de-Fonds était la seule possible. Bien sûr, il s?agit d?un choix politique. Et heureusement, pourrait-on dire. Si ces décisions ne se basaient que sur des critères d?une pure rationalité économique, la ville de Neuchâtel se retrouverait avec tous les équipements et administrations du canton. Mais, dans le même ordre d?idée, elle n?aurait jamais obtenu le siège de l?Office fédéral de la statistique, qui serait resté en ville de Berne.

Dès 2015, les futurs petits Neuchatelois sont donc invités à naître à La Chaux-de-Fonds, une cité qui figurera peut-être au Patrimoine mondial de l?Unesco! Un joli symbole.

Cela sera-t-il suffisant pour maintenir l?équilibre régional souhaité par le Conseil d?Etat? Non. Car cet équilibre ne pourra pas se baser uniquement sur des choix politiques du Château. Les régions dites périphériques ont d?autres atouts pour se défendre que les pleurs et les grincements de dents. De toute façon, on est toujours à la périphérie de quelqu?un!

Votre publicité ici avec IMPACT_medias