Demi-douzaine de motions traitées au Conseil général

04 juin 2009, 09:45

Séance de rattrapage, mardi soir, au Conseil général de La Chaux-de-Fonds, où l'hémicycle - au tiers vide - a traité une demi-douzaine de motions déposées depuis août dernier. Si toutes ont été acceptées, la moitié ont été combattues par l'UDC.

Procès-verbaux

L'impression sur papier des procès-verbaux des séances du Conseil général, (tirés à 130 exemplaires à 1fr.63 pièce) ne sera plus systématique, leur version électronique étant suffisante pour beaucoup.

Acheter équitable

Jugée empreinte «d'un certain angélisme» par l'UDC, la motion de la popiste Pascale Gazareth, engageant la Ville à privilégier l'achat de «produits répondant aux critères du commerce équitable», n'a pas été combattue. Acquis à l'idée, le conseiller communal Laurent Kurth a néanmoins rappelé que «l'idéal n'est pas toujours possible au vu de certaines contraintes, temporelles ou économiques».

Carnet familial

Favoriser l'accès des infrastructures sportives et culturelles de la ville grâce à un carnet familial donnant droit à des tarifs préférentiels ou à des entrées gratuites tant dans les lieux sportifs (patinoire, piscines...) que culturels (musées, théâtres...), tel est l'objectif visé par la motion déposée par le socialiste Daniel Musy. La motion a été acceptée par 24 voix contre quatre (UDC). Le parti dit agrarien s'est dit «gêné par l'idée de gratuité qui ne donne par la notion du travail fourni par les prestataires». L'amendement dans lequel il préférait «le terme «tarif préférentiel» dans une optique éducative» a été refusé par l'ensemble de la gauche.

HarmoS

Suite à la ratification des accords relatifs à l'harmonisation scolaire (HarmoS), les socialistes ont prié le Conseil communal de se pencher sur «différents aspects pratiques (...) et notamment la question des infrastructures, tant en termes de bâtiments que d'aménagements internes». La motion a été acceptée par 18 voix (à gauche) contre dix (à droite).

Mobilité douce

L'écologiste Julie John a rappelé que la ville «était à la traîne dans le domaine de la mobilité douce» en général et du déplacement cycliste en particulier. Un retard dû «aux difficultés économiques et surtout par la peur d'un électorat automobiliste peu enclin au compromis». De quoi faire bondir l'UDC Angelo Locorontodo, vexé par ces paroles «scandaleuses et arbitraires». Rappelant que la ville vivait «six mois d'hiver», l'UDC s'est opposée à la motion, acceptée par l'ensemble des autres partis.

Noctambus

La motion socialiste demandant la création d'un Noctambus intervilles, par le biais des TRN, le week-end et les jours de fête, a rencontré l'approbation du Conseil communal et du Conseil général. Seule voix dissonante, l'UDC, qui redoutait «un coût exorbitant (...) les débordements de joyeux fêtards et des problèmes de sécurité». Le conseiller communal Laurent Kurth a coupé court à ce «portrait apocalyptique, au vu du succès de l'expérience menée dans les Franches-Montagnes. A terme, c'est une offre cantonale qui est envisagée, mais il faudra peut-être attendre 2011», a-t-il expliqué. /syb

VIDEO

Pour Silvia Locatelli, conseillère générale à l'origine de la motion sur le Noctambus, il s'agit d'un beau projet pour la cohésion cantonale. C'est trop cher, estime le conseiller général UDC Hughes Chantraine. La polémique autour du FCC a aussi été évoquée, notamment par Pierre-André Rohrbach, conseiller général PLR. /as