Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Déchets du quotidien sacralisés

De retour à la galerie Une, à Auvernier, l'artiste neuchâtelois Till Rabus sacrifie à une interprétation quasi photographique du visible.

24 sept. 2012, 00:01
data_art_6402581.jpg

Auvernier: galerie Une, jusqu'au 20 octobre; me-sa de 14h à 18h, di sur rendez-vous. Une monographie consacrée au travail de Till Rabus est disponible à la librairie Payot.

Une facture formelle irréprochable au service d'une peinture critique et ironique. Virtuose du réalisme, l'artiste neuchâtelois Till Rabus revient à la galerie Une à Auvernier avec ses oeuvres récentes. De ses chewing-gums écrasés à même le sol à ses autels de déchets insolites à la symétrie trompeuse, il questionne la place des objets autour de lui. Comme une méthode pour tromper l'ennui, son art opte toujours pour la corrosion, l'humour et la subversion. A l'occasion de cette exposition, il a invité l'illustre artiste anglais John Isaacs à partager l'affiche à ses côtés. Une combinaison artistique cohérente dont on ne sort pas indemne!

La sacralité quasi religieuse qui baigne certaines oeuvres de Till Rabus, à l'image de ses autels intitulés "Voodoo", révèle instinctivement...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias