De Ceuninck, traces vives

L'hommage à Emile de Ceuninck, mené par les Heures de musique du Conservatoire, se poursuit demain à La Chaux-de-Fonds. Le compositeur chaux-de-fonnier d'origine belge est décédé il y a dix ans. Il a profondément marqué les milieux musicaux de la région et c'est pourquoi de nombreux musiciens d'ici se sont ligués afin de lui rendre hommage.

21 janv. 2006, 12:00
Un concert-portrait

Ce second volet se présente comme un concert-portrait proposant diverses oeuvres d'Emile de Ceuninck: «Variations» pour hautbois et piano; «Inférences» pour clavecin; «Lignane» pour ensemble; «Mah Jong 1» pour flûte, piano et deux percussions; enfin «Ce pur écho du monde» pour récitant, flûte, piano et percussion.

Le tout proposé par des musiciens de haut vol: Enerjeta Rosselet (flûte), Patrick Marguerat (hautbois), Nicolas Farine (piano), Dorota Cybulska (clavecin), Marc Paquin (violon), Pascal Desarzens (violoncelle), Laurent de Ceuninck (percussion), Olivier Membrez (percussion) et Philippe Vuilleumier (comédien).

Ce concert se tiendra à la salle Faller du Conservatoire où Emile de Ceuninck ouvrit la première classe de percussion. «La musique est un langage. On ne saurait traduire un langage par un autre langage. Chaque phrase musicale, chaque agencement de notes correspond à une pensée. En donner la signification n'est pas possible», disait ce musicien dont on évoque aujourd'hui la curiosité et la largeur de vue.

Créateur, en 1964, des Concerts de musique contemporaine (CMC), il est à l'origine d'un mouvement d'ouverture aux musiques actuelles et expérimentales dans les Montagnes neuchâteloises, qui virent quelques grands noms: Gilbert Amy, Luciano Berio, Pierre Boulez, Betsy Jolas ou encore Henry Pousseur. /sab

La Chaux-de-Fonds, salle Faller, dimanche 22 janvier, à 17h