De A comme Alakran à Z comme Zabou, en passant par la lettre K

Zabou Breitman, Serge Merlin, Jean Rochefort. Parmi les pépites déposées dans la neuvième saison du théâtre du Passage, présentée hier à Neuchâtel. Une saison qui mêle les classiques aux contemporains, les troupes suisses aux productions étrangères selon une recette moitié moitié comme celle de la fondue. Cette année, une collaboration s'est par exemple instaurée avec Lyon. Dévoilée hier soir au public dans la grande salle, la programmation 2008-2009 du théâtre du Passage accueillera 41 spectacles pour 121 représentations, ce qui, à peu de levers de rideau près, reconduit l'offre de l'an dernier. «Nous aurons 19 spectacles achetés sur dossier, dont six seront créés au Passage», situe le directeur Robert Bouvier.

25 juin 2008, 12:00

Un classement par genres? Il y a aura du théâtre musical, avec Magali Noël qui convoque Prévert, Queneau et Vian dans «Le clan», et Yvette Théraulaz («Histoires d'elles»). De l'opéra avec, entre autres, le compositeur neuchâtelois François Cattin et la Jeune opéra compagnie («Gulliver»). De la danse, avec «trois spectacles phares»: «Carmen» de la Cie Antonio Gadès, l'«Eau» chorégraphiée par Carolyn Carlson, «l'un des spectacles les plus visuels de la saison», et «Short Works & Les chambres des Jacques» des Ballets jazz de Montréal. Des humoristes familiers comme Pierre Aucaigne, l'un des protagonistes de «Panique au Plazza», qui s'installera en décembre en lieu et place de la Revue de Cuche et Barbezat.

Attiré par les têtes d'affiche? Jean Rochefort se dévoile dans «Entre autres», un choix de textes qui reflète ses goûts. Zabou Breitman s'est inspirée d'«Urgences» et de «Faits divers», deux documentaires de Raymond Depardon, pour mettre en scène «Des gens». «Rochefort, Zabou, Théraulaz, ce sont des artistes que j'aime, au même titre que Serge Merlin que l'on retrouve dans «Le neveu de Wittgenstein».

Envie de classiques? Le metteur en scène Jean-Claude Fall propose «Richard III» de Shakespeare, l'une des neuf exclusivités suisses de la saison. Jean Liermier, directeur du théâtre de Carouge, se frotte au marivaudage du «Jeu de l'amour et du hasard» et propose une version des «Caprices de Marianne» de Musset transposée dans l'Italie des années 1950. Le fantôme d'Audrey Hepburn pourrait bien chevaucher une Vespa...

Ouvert aux écritures contemporaines? Fabrice Melquiot risque de déstabiliser quelque peu avec les profanateurs de tombe d'«Autour de ma pierre il ne fera pas nuit», et Wadji Mouawad a coécrit «Littoral», avec ses interprètes. «C'est un spectacle devenu culte, que j'ai rêvé de monter moi-même», avoue le directeur du Passage.

Amoureux de la lettre K? «Kelomès», le concert de Pascal Auberson, est pour vous. «Kaïros» aussi, un happening ludique d'Oskar Gomez Mata et de sa Cie L'Alakran présenté à La Chaux-de-Fonds (L'Heure bleue), de même que le «Woyzeck» d'Andrea Novicov (TPR). Autre pont jeté entre le Bas et le Haut, la Cie L'outil de la ressemblance et son metteur en scène Robert Sandoz créeront «La pluie d'été» de Marguerite Duras au Passage. «Cet accueil en résidence de la compagnie se poursuivra sur trois saisons.» / DBO

Meuchâtel, théâre du Passage, à partir du 23 octobre