Coup dur pour Bedenik

Souffrant du ménisque, le gardien de Neuchâtel Xamax Jean-François Bedenik se fera opérer en début de semaine prochaine. Il devra observer au moins trois semaines de pause ean-François Bedenik n'ira pas au soleil. Alors que Neuchâtel Xamax commence un mini- stage de deux jours au Tessin puis, dès lundi, partira en camp à Chypre, son gardien subira une intervention chirurgicale. Le Français se fera opérer en début de semaine prochaine (lundi ou mardi) à La Chaux-de-Fonds par le docteur Alain Pernoud. Le ménisque externe du genou droit sera retiré. «Les chirurgiens en profiteront pour nettoyer tout le genou et j'espère enfin que je ne ressentirai plus de douleurs» explique Bedenik.

21 janv. 2006, 12:00

Car, si elle s'est aggravée dans le courant de la semaine, la blessure date de plusieurs mois déjà. «Le 17 avril, à Schaffhouse, un défenseur local m'avait heurté violemment. J'avais dû quitter la pelouse. Le ménisque avait été touché mais je n'avais pas voulu me faire opérer. J'avais serré les dents et terminé la saison sur une jambe» se souvient «Jeff».

Pas de place pour le doute

L'intervention avait été écartée aussi parce que les douleurs s'étaient estompées. Elles se sont réveillées de manière insupportable ces derniers jours. «Je n'étais à l'évidence pas guéri. Le fait de plonger sur des terrains gelés puis de jouer en salle a réveillé le mal.»

Le genou a enflé de manière impressionnante et l'opération est devenue inévitable. Le portier espère cependant être sur pied pour la reprise du championnat. «Normalement, je pourrai reprendre la compétition trois semaines après l'opération. Mais chaque individu réagit de manière différente» nuance-t-il.

Cette «tuile» n'aidera assurément pas Bedenik dans sa lutte avec Tvrtko Kale pour une place de titulaire. Ce d'autant que le Croate semble déjà parfaitement intégré à l'équipe. Il suffit de le voir s'amuser avec ses coéquipiers au terme de l'entraînement à Serrières pour s'en convaincre. «Jeff» ne laisse pas le doute s'installer pour autant: «Je sais ce que je vaux. Et avec un genou tout neuf, je serai encore plus performant.»

La blessure de Bedenik représente la seule anicroche avant le départ. Matar Coly ressent certes encore une petite gène à un pied (celui-là même touché face à Zurich le 6 novembre) mais il sera du voyage. Tout comme Massimo Lombardo, bien remis de l'entorse contractée mardi à Genève.

«Nous trouverons enfin de meilleures conditions athmosphériques, se réjouit Miroslav Blazevic. Nous attaquerons le travail spécifique. Nous devons créer des automatismes au sein de l'équipe. Il s'agit d'une phase très intéressante car elle stimulera la concurrence. Plusieurs postes sont encore ouverts.»

La recherche continue

Le milieu de terrain croato-helvétique Dario Cojic, actuellement à l'essai, participera aux matches amicaux face à Lugano (cet après-midi à 14h30 au Cornaredo) et contre Ascona (demain à 13h00 à Tenero). «Ensuite nous déciderons si nous l'emmenons à Chypre» précise l'entraîneur. La «chasse» au milieu de terrain n'est pas encore finie pour autant. Un Sénégalais pourrait se joindre au groupe pour le camp de préparation.

A ce dernier entraînement en terre neuchâteloise du mois de janvier a également assisté Adrian Ursea. L'ancien entraîneur de Servette et Meyrin arrive au terme de sa préparation pour la licence UEFA. «Dans le cadre de l'obtention de ce diplôme, on doit effectuer des stages auprès d'équipes professionnelles. Je remercie M. Blazevic de m'avoir offert l'opportunité d'observer ses méthodes» a-t-il déclaré. Pour la dernière partie de son cursus, le technicien helvetico-roumain se rendra pendant une semaine à Rennes où il verra comment Laszlo Bölöni dirige Alex Frei. / ESA