Copier, coller, édulcorer

20 oct. 2010, 11:51

«Let me in» («Laisse-moi entrer») constitue le remake américain de «Morse» que l'on avait pu découvrir dans le cadre du Nifff en 2008. Réalisée par le cinéaste suédois Tomas Alfredson, cette œuvre envoûtante, restée ignorée de nos distributeurs, narrait une idylle particulière liant dans la banlieue de Stockholm un garçon fragile, persécuté par ses camarades, à une adolescente «vampire». En résultait un ouvrage cinématographique d'une étrangeté poétique radicale, une danse de mort et de désir réfréné mise en scène avec un détachement quasi clinique… Sincèrement admiratif, Matt Reeves, réalisateur de «Cloverfield» (2008), film catastrophe post-11 septembre plutôt réussi, en a transposé l'argument dans un Nouveau-Mexique aussi hivernal que Stockholm, au début de ces années 1980 tout imprégnées du manichéisme cher à Ronald Reagan. Mal dans sa peau, Owen (Kodi Smit-McPhee découvert dans «The Road») n'a pas la vie facile. Tiraillé entre son père et sa mère en instance de divorce, il est aussi martyrisé par ses camarades de classe.

Marginalisé, le pauvre garçon compense ces humiliations répétées en entretenant des fantasmes vengeurs où il s'imagine en tueur en série. Mais tout va changer le jour où Owen découvre Abby (Chloe Moretz), sa nouvelle voisine, qui ne craint pas de marcher pieds nus dans la neige, et pour cause! Pour qui a vu «Morse», la comparaison se révèle passionnante. Même si le remake de Reeves constitue sur le plan narratif un véritable décalque de l'œuvre d'origine, les deux films diffèrent complètement. Malgré la référence critique à Reagan, président refoulé s'il en est, le cinéaste américain semble en effet s'être évertué à gommer l'ambiguïté sexuelle qui faisait pourtant tout le prix de son modèle, au risque de rendre ses deux jeunes protagonistes parfaitement insipides. Dans le même temps, il s'abandonne à plusieurs reprises à une bête surenchère «gore» que rien ne justifie, sinon l'ampleur des moyens qui lui ont été accordés. Il faut encore ajouter à ces effets très malheureux une vraie erreur de casting sur la personne de la jolie Chloe Moretz, bien trop «vivante» pour le rôle… Bref, on persistera à préférer l'original à la copie! /vad


Réalisateur:
Matt Reeves
Genre: épouvante, horreur
Durée: 1h52
Age: 16 ans
Avec: Chloe Moretz, Koi Smit-McPhee
Cinéma: Scala 1, La Chaux-de-Fonds