Centenaire, la Dante Alighieri recherche un nouveau souffle

La section neuchâteloise de la société Dante Alighieri célèbre cette année son centième anniversaire. Elle propose un riche programme, à déguster dès samedi et jusqu'au 19 avril. Ala fin du 19e siècle, les Italiens émigrent en masse. Le pouvoir d'attraction du Nouveau Monde, en particulier, est immense.

09 avr. 2008, 12:00

Des intellectuels s'émeuvent de l'effet délétère de cet exode. Les migrants sont issus des classes les plus modestes. L'analphabétisme est fréquent et l'italien, en tant qu'idiome national, n'est parlé correctement que par une minorité. La plupart des migrants s'expriment dans le dialecte de leur province d'origine. Tout en ayant le même passeport en poche, ils ne parviennent pas toujours à communiquer correctement entre eux.

Pour éviter la dilution de la langue et pour maintenir haut le flambeau de la culture italienne dans la diaspora, le poète Josué Carducci fonde, avec d'autres éminents intellectuels, la Società Dante Alighieri, en 1889 à Rome.

Des sections régionales s'ouvrent rapidement. Aujourd'hui, elles sont au nombre d'un demi-millier dans le monde, dont 19 en Suisse. La section de Neuchâtel est l'une des plus anciennes. Elle a été fondée deux ans avant celle de La Chaux-de-Fonds, mais elle lui a survécu: celle du Haut a cessé ses activités faute de combattants il y a une quinzaine d'années.

La Dante Alighieri regroupe aujourd'hui environ 140 membres dans le canton de Neuchâtel. Outre les activités qu'elle déploie pour ses sociétaires - conférences, voyages, cours de cuisine - la Dante Alighieri propose des cours privés de langue donnant accès à un certificat officiellement reconnu.

D'ailleurs, note la société, samedi matin, en même temps que sera donné à Neuchâtel le coup d'envoi des manifestations du centième anniversaire, 25 élèves de l'Ecole du secteur tertiaire (Ester), à La Chaux-de-Fonds, passeront des examens d'italien certifiés Plida (Progetto lingua italiana Dante Alighieri). C'est la première fois que cette prestation de la Dante Alighieri entre officiellement dans une école cantonale neuchâteloise.

Vice-présidente de la société et future présidente, Francesca Puddu ne cache pas que cette évolution vers une reconnaissance officielle des prestations linguistique de la Dante Alighieri est seule à même d'assurer l'avenir. «Nos membres vieillissent et les activités n'attirent plus autant de monde qu'autrefois», reconnaît-elle. Elle place, comme son comité, de grands espoirs dans les manifestations du centième, soutenues par les institutions neuchâteloises, pour séduire de nouveaux amis de l'Italie et de l'italien. / LBY