Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«C'est dur de revenir à la vie normale»

13 oct. 2007, 12:00

«C'était super. Tout s'est bien passé, j'ai vu des paysages magnifiques et je me suis entendue avec tout le monde», confie Rachel, encore émue par l'aventure qu'elle vient de vivre. Une expérience qui, de l'avis général, fut une réussite à tout point de vue.

D'abord parce que Rachel a effectué une belle performance physique en réalisant le voyage jusqu'aux Saintes-Maries en deux semaines au lieu des trois ou quatre prévues. Ensuite parce que le voyage s'est révélé humainement très riche, tant au niveau du groupe que de la solidarité manifestée à la jeune handicapée tout au long de son périple. Cerise sur le gâteau: il a fait un temps magnifique. Si c'était à refaire? Tous repartiraient sans hésiter.

«Rachel était en excellente forme physique, elle a bien tenu le coup. Les 18 mois qu'elle a passés à s'entraîner ont porté leurs fruits», raconte Claire-Lise Brunner, animatrice à Foyer Handicap et accompagnatrice. «Le plus dur, c'était la concentration et la circulation, surtout les camions», confesse Rachel.

Des anecdotes à raconter? Rachel en regorge. Par exemple cette matinée, la seule où il a plu et où l'aventure a bien failli tourner court. Sa pèlerine contre la pluie s'est prise dans les roues de la chaise, ce qui a entraîné sa main. «J'ai cru qu'elle était cassée, mais finalement ce n'était rien. Une heure après on repartait.» Un autre jour, le hasard a voulu que près de Pontarlier son chemin croise celui d'un ancien camarade du centre IMC de La Chaux-de-Fonds. Une rencontre émouvante, on s'en doute.

De nombreuses personnes sont venues encourager Rachel, informées par les médias qui se sont intéressés à elle, mais aussi grâce au bouche-à-oreille. Dans les campings, la nouvelle de sa présence se répandait comme une traînée de poudre. «Les gens venaient saluer, poser des questions, encourager. Toute cette solidarité, c'était incroyable», raconte Jean-Philippe , fondateur d'Expéhandicap, l'association qui a appuyé le projet de Rachel.

Quant à l'arrivée aux Saintes-Maries, Rachel n'est pas près de l'oublier. Sa famille, ses amis, le maire en personne et quelques habitants l'attendaient avec des banderoles scandant «Bravo Rachel». Après toutes ces émotions, Rachel subit le contre-coup. «C'est un peu dur de revenir à la vie normale. Pendant deux semaines et demie, nous avons vécu ensemble. Lorsque je me suis retrouvée à la maison, j'ai pleuré pendant plusieurs jours», confie Rachel.

La grande vie n'est cependant pas tout à fait terminée. Dimanche, la jeune femme a été nommée nouvelle ambassadrice de la République du Saugeais, où elle vit avec sa famille. Un honneur dont, on peut s'en douter, elle n'est pas peu fière. / cgm

Votre publicité ici avec IMPACT_medias