Benjamin Britten au cœur d'un double concert

15 janv. 2010, 10:58

«Les Affinités électives» réuniront ce week-end les villes du haut et du bas du canton dans un programme où Britten admire Mozart, tandis que Britten est célébré par Arvo Pärt.

Benjamin Britten a composé toute une série d'œuvres où il démontre la vitalité de l'art lyrique et les tréfonds de la nature humaine. S'il est faux d'affirmer qu'il est le seul compositeur anglais digne de ce nom après Purcell, il est bon de rappeler que «Le viol de Lucrèce», créé à Glyndebourne en 1946 par Ernest Ansermet a établi la réputation internationale de Britten. L'écriture atonale, le dodécaphonisme n'ont jamais effleuré Britten, il a préféré s'exprimer dans un langage harmonique personnel, empreint de traditions plus anciennes. «Les Illuminations», œuvre créée en 1940, destinée au concert est un chef-d'œuvre de la musique vocale de ce temps. Le ténor Christopher Gillett et l'Ensemble symphonique de Neuchâtel (ESN), dirigés par Pierre-Alain Monot en révéleront les profonds accents.

Christopher Gillett a fait ses débuts à Covent Garden en 1984. Il poursuit une carrière internationale d'Amsterdan à Cleveland ou Philadelphie où, de Monteverdi à Mozart, il a interprété de nombreux rôles. On le décrit spécialiste de Britten.

«Juste avant la mort de Britten, je commençais à apprécier la pureté inhabituelle de sa musique...», dit Arvo Pärt. La perspective de découvrir le «Cantus in memory Benjamin Britten» composé en 1977, ne laisse pas indifférent. L'écriture minimaliste d'Arvo Pärt, archéologue du lyrisme, a une position particulière dans ce programme. Britten, comme beaucoup d'autres créateurs, admirait Mozart. Dès lors il est bien de terminer le programme des «Affinités électives» par la symphonie No 40 K 550, une somme, un document sur la création classique mais aussi sur l'art de l'ESN et de Pierre-Alain Monot, chef d'orchestre, directeur artistique du Nouvel Ensemble contemporain (NEC).

Neuchâtel, temple du Bas, ce soir à 20h (concert enregistré par Espace 2). La Chaux-de-Fonds, salle de musique de L'Heure bleue, dimanche 17 janvier à 17h. Gratuit pour les enfants, tarif à 10 francs pour les élèves du Conservatoire et leurs familles