Belle récolte d’objets utilisables par Emmaüs à la déchetterie du Crêt-du-Locle

Le point de récolte d’objets en faveur d’Emmaüs a été inauguré à la déchetterie intercommunale du Crêt-du-Locle. "Il y avait foule!" commente Bekir Omerovic, voyer-chef de La Chaux-de-Fonds.

11 mai 2018, 16:42
Le point de récupe est facilement identifiable à la déchetterie du Crêt-du-Locle.

Le 24 avril dernier, à la déchetterie intercommunale du Crêt-du-Locle, a été inaugurée ‘La récupe’, point de récolte en faveur d’Emmaüs d’objets toujours utilisables. «Il y avait foule!» commente Bekir Omerovic, voyer-chef de La Chaux-de-Fonds. «Toutefois il est bien trop tôt pour dresser un bilan, tant cette prestation est  nouvelle.»

Aux déchetteries de Cortaillod et de Plaines-Roches, ce modus operandi fonctione déjà depuis quelque temps et connaît un certain succès, pour ne pas dire un succès certain.

Marc Arlettaz, conseiller communal en charge des espaces publics à La Chaux-de-Fonds, souligne illico qu’«en aucun cas, Emmaüs ne va se servir dans les bennes. Les gens apportent spontanément ce qu’ils ont cessé d’utiliser mais du moins en état, à l’endroit de la déchetterie intercommunale, identifiable et prévu pour.»

A bord d'un petit camion

Ce service a été mis en place après concertation entre le voyer-chef Bekir Omerovic et Emmanuel De Fallois, directeur d’Emmaüs NE/JU. «On peut amener tout ce qui est réutilisable, sauf les canapés tachés, troués, cassés ou de gros meubles», explique celui-ci. «Car le tranport s’effectue à bord d’un petit camion, où peuvent par exemple trouver place des aspirateurs, des chaînes wi-fi, des landeaux et du mobilier de taille modeste.»

Dans cette collecte de matériel en déchetterie, au-delà de la récupération, est visée la préservation de l’environnement. «Lorsque nous achetons du neuf, il faut d’abord le fabriquer, en recourant à des produits, ce qui  pollue», rappelle Emmanuel De Fallois. Aux yeux de qui il est encore plus capital de donner une seconde vie. Tout comme il est primordial de donner une seconde chance aux personnes en difficulté qui travaillent dans les diverses activités d’Emmaüs au sein d’ateliers d’occupation.

«Il s’agit de redonner confiance en eux à des femmes et des hommes qui ont parfois le sentiment d’être inutiles dans la société. Ainsi valorisés, alors qu’ils se sentaient perdus dans la course folle du monde, ils recréent du lien et s’inscrivent dans un processus de réinsertion.»