La Chaux-de-Fonds: les travaux à la rue du Dr Coullery sont terminés

La conduite de gaz défectueuse a été remplacée à la rue du Dr-Coullery, à La Chaux-de-Fonds. Elle rouvrira au trafic au plus tard le 12 octobre, a fait savoir Viteos ce vendredi 8 octobre.
08 oct. 2021, 14:53
La rue du Dr-Coullery, qui a été fermée à la circulation entre les rues du Temple-Allemand et du Doubs, rouvrira au trafic au plus tard le 12 octobre.

Une vingtaine de jours après la fin du chantier à la rue du Dr Coullery, à La Chaux-de-Fonds, Viteos avait annoncé deux semaines de travaux supplémentaires. Ceci afin de remédier à un défaut d’intégrité sur une conduite de gaz. L’annonce avait suscité l’incompréhension des riverains.

Mais bonne nouvelle, ces nouveaux travaux sont déjà terminés, a indiqué ce vendredi 8 octobre le fournisseur d’énergie. La rue rouvrira au trafic au plus tard le mardi 12 octobre.

A lire aussi: La rue du Dr Coullery à nouveau en travaux à La Chaux-de-Fonds: les riverains sont consternés

Le gestionnaire de réseau est intervenu en sous-sol cette semaine, afin de remplacer la conduite de gaz. «L’intervention des spécialistes a permis de rétablir la situation rapidement», assure Viteos.

Même si la conduite n’était pas en fin de vie, «une campagne de surveillance routinière des infrastructures» a détecté une légère fuite de gaz en sous-sol, «due à de la corrosion avancée causée par le frottement avec une autre conduite en béton sur laquelle elle reposait», nous explique-t-on.

La conduite de gaz défectueuse a été remplacée. Photo: SP – Viteos

Le revêtement doit sécher

Le revêtement posé sur la chaussée doit encore sécher pour que les véhicules y circulent à nouveau. Et TransN doit être averti au moins 24 heures à l’avance, relève Claire-Lise Clément, secrétaire générale chez Viteos.

L’entreprise, qui mène régulièrement des travaux d’entretien et d’assainissement sur ses réseaux, présente ses excuses pour les éventuels désagréments provoqués par ce chantier et remercie les riverains et les usagers de leur compréhension.

par Antonella Fracasso