Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Tout un fromage pour un gruyère AOC «Vallée de La Brévine»

Créer une cave d'affinage des fromages - environ 30.000 meules - pour l'ensemble de la vallée de La Brévine, c'est l'ambitieux projet que caressent les 120 producteurs affiliés aux six sociétés de fromagerie de la région. Coût devisé de l'opération: sept millions de francs. A la clé, une identification du gruyère AOC (appellation d'origine contrôlée) «Vallée de La Brévine». Treize millions de kilos de lait pour 1200 tonnes de fromage, c'est grosso modo la production enregistrée annuellement par les différentes sociétés de la vallée de La Brévine et leur fromager; soit Philippe Geinoz pour Bémont et Les Sagnettes, Marc-André Girardin pour Les Jordans, Cédric Vuille pour La Brévine, Olivier Baudois pour Le Cerneux-Péquignot et Stéphane Menoud pour Les Chaux.

07 avr. 2007, 12:00

La genèse de cette formidable aventure remonte au début de 2005. A cette époque, l'idée d'un regroupement des forces fait son petit bonhomme de chemin, car les caves d'affinage de plusieurs sociétés commencent à montrer des signes de faiblesse. Mais un claquement de doigts ne suffit pas pour parvenir à ses fins. Surtout lorsque les enjeux prennent des dimensions qui dépassent largement les frontières de la contrée.

La vétusté des locaux, qui engendre la nécessité d'envisager d'importants travaux de rénovation, devient problématique pour certains exploitants. D'où le besoin de plus en plus pressant de trouver des solutions efficaces à long terme. Le 30 mai 2005, Léo Blättler, membre de la Société de fromagerie de La Brévine, lance le pavé dans la mare. Lors d'une assemblée générale, il parle de l'idée qui consisterait à réunir l'affinage de l'ensemble des fromages de la vallée sous un même toit. Une AOC gruyère munie de l'IGP (Indication géographique protégée) permettrait à la région de produire son propre fromage.

Emmené par Jean-François Faivre, président, François Rosselet, vice-président, Léo Blättler, caissier, Claude Chédel, secrétaire, et Philippe Geinoz, représentant des fromagers, un comité travaille d'arrache-pied à la préparation d'un avant-projet. Le 12 février dernier, une nouvelle séance d'information réunit environ 80 producteurs et fromagers, à la suite de laquelle un crédit d'étude de 21 000 francs est accepté. Deux comités de construction et d'exploitation (17 personnes au total) sont nommés et il est fait appel à Pierre-Alain Guyot, architecte.

L'avant-projet prévoit l'implantation d'une cave enterrée aux Taillères, près du parking du lac, avec le maintien des sites de fabrication. Les meules des six sociétés y seraient affinées pendant dix mois au minimum, avec une dérogation accordée à la fromagerie des Chaux qui est la seule à disposer d'une installation moderne. Afin de ne pas concurrencer les différents points de vente actuels, des animations seraient organisées avec dégustations et possibilités d'achat réservées aux visiteurs. L'installation serait robotisée, sans aucune menace sur les emplois actuels. Et la vallée aurait ainsi ses affineurs! /PAF

Votre publicité ici avec IMPACT_medias