Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La baisse d'impôts acceptée

Les excellents résultats de l'exercice 2005 permettent de diminuer le coefficient fiscal de deux points. Une mesure jugée raisonnable par le Conseil général La commune du Cerneux-Péquignot est aux anges. Des rentrées exceptionnelles d'argent - des arriérés d'impôt principalement - ont réservé une très agréable surprise. Acceptés lors de la dernière séance du Conseil général, les comptes de l'exercice 2005 se soldent par un bénéfice de 53.035 francs, auquel il faut ajouter 110.672 francs d'amortissements supplémentaires. Le budget prévoyait un excédent de revenus de 11.904 francs. Pour faire encore davantage d'économies et à l'heure où il est question d'introduire une taxe au sac, il s'agira d'envisager, sur le plan intercommunal, la création de déchetteries pour offrir à la population des possibilités de tri supplémentaires.

17 mai 2006, 12:00

Voilà qui a incité les autorités communales à proposer une réadaptation du coefficient d'impôt de 74 à 72 points, ce qui impliquera une diminution de 14.233 francs des rentrées fiscales en 2006. Une baisse plus importante ne paraît pas raisonnable, ce que les membres du législatif ont bien compris. Christian Grisel s'est déclaré satisfait de cette mesure, même s'il aurait été moins frileux: «Il est normal que les citoyens profitent un peu de cet exercice positif, sans pénaliser les projets futurs de la commune.»

L'avenir de la salle polyvalente du village, son fonctionnement et son utilisation par les sociétés locales notamment nécessitent une réflexion globale. Une commission a été nommée pour s'atteler à cette tâche. Elle est composée de Frédéric Simon-Vermot, Didier Choulat, Christophe Bruchon, Christian Grisel et un membre de la commission scolaire à désigner.

A la suite des démissions de Janick Jungo et d'Andrea Darphin, il s'agira de trouver deux nouveaux membres au Conseil général. Denise Chapatte a été chaleureusement remerciée pour ses 26 années passées au service de la commune comme concierge. Après près de quatre décennies passées dans l'enseignement, Rodolfo Fabrizio a pris une retraite bien méritée. Les jeunes qui atteignent leur majorité civique en 2006 sont Richard Braichet, Romain Girard, Patrick Mercier et Anton Röthlin. / PAF

Votre publicité ici avec IMPACT_medias