L'Unesco, bon pour l'ego et le moral

05 janv. 2010, 08:03

Selon vous, 2009 aura-t-elle été pour les Montagnes l'année de la crise ou l'année Unesco?

Bien sûr que les deux auront marqué notre région cette année. L'Unesco est un réel succès, bon pour l'ego et le moral des habitants d'ici, et qui plus est un réel succès porteur d'espoirs.

La crise de cette année est terrible et frappe de plein fouet une grande partie de la population. Ce qui est paradoxal cependant, c'est qu'une autre partie de la population s'en sort plutôt bien et dépense sans compter, à voir le renouvellement du parc automobile. Des différences abyssales sont donc en train de se creuser, ce qui n'est jamais sain pour une société, et a fortiori dans une société aussi individualiste que la nôtre.

Au vu de son action en 2009, à quelle personnalité des Montagnes attribueriez-vous une rose de Noël?

Cette année, je ne mentionnerais pas une personnalité issue du monde politique ou économique, mais le responsable du dossier Unesco, Jean-Daniel Jeanneret et son équipe. Ils ont en effet effectué un travail considérable, ardu, pas forcément gratifiant dès le départ et ont atteint leurs objectifs, qui sont aussi les nôtres, contre vents et marées. Lors des présentations publiques, Jean-Daniel Jeanneret «vend sa marchandise» avec humour et compétence. En outre, les retombées potentielles du processus me ravissent particulièrement parce qu'elles vont au-delà de l'économique (certes nécessaire) dans le psychologique et le symbolique (plus durables).

Qui, en revanche, mérite une salée?

Je ne sais pas s'il y aura assez de neige cette année afin de distribuer toutes les salées qui me feraient du bien pour m'éviter un éventuel traitement chez un psy. Je garde néanmoins un petit tas de poudreuse glacée pour ceux qui ont fait campagne contre la loi sur l'énergie tout en se prétendant soucieux du bien du canton. Il faut là assurément une certaine dose de cynisme! Je comparerai leur attitude à celle du Conseil fédéral qui se lamente un jour devant les médias sur les résultats décevants de Copenhague tandis qu'il annonce le lendemain qu'il autorise l'exploitation de Mühleberg ad infinitum. De manière générale, je déteste l'incohérence!

Copenhague vient de s'achever… Quelle est votre contribution à la lutte contre le réchauffement climatique?

D'abord, je me bats personnellement pour une vision du monde dans laquelle l'écologie et le développement durable, y compris social et économique, seraient davantage pris en compte, et je n'affirme pas comme tant d'autres que ça ne sert à rien parce que la Suisse est trop petite et que je ne suis rien. Ensuite, j'essaie véritablement, concrètement, de faire (ou ne pas faire) certaines choses. J'évite de partir trop souvent trop loin en vacances, limite mes déplacements, chauffe au minimum mon logis la journée (quand je n'y suis pas…). Il est vrai que cela me permet d'avoir la perspective d'un bon feu de poêle pour me réchauffer le soir en rentrant, ce qui n'est pas sans charme. /réd