Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'UMP peut réaliser le grand chelem en Franche-Comté

La vague bleue a aussi submergé la Franche-Comté lors du premier tour des législatives. La région, qui compte treize sièges à l'Assemblée nationale, pourrait passer totalement en main de l'UMP. Quatre députés ont été élus au premier tour. La cinquième circonscription du Doubs, celle de Pontarlier, n'a réservé aucune surprise au premier tour. Le sortant UMP Jean-Marie Binetruy, l'ancien maire de Morteau, a été réélu dans un fauteuil avec 54,9% des voix. Son élection a été favorisée par ses résultats dans les cantons de Morteau (59,25%), Le Russey (60,7%) et Montbenoît (60,1%). Dans celui de Pontarlier, il frise la majorité absolue avec 48% des voix.

12 juin 2007, 12:00

Un deuxième tour sera par contre nécessaire dans la troisième circonscription, celle qui englobe le canton de Maîche. L'UMP Marcel Bonnot arrive en tête avec 45,2% des voix, alors que son adversaire socialiste Joseph Parrenin obtient 29,7%. Dans le canton de Maîche, le candidat de la majorité présidentielle obtient 50,1% contre 37,3% au maire socialiste de Maîche. Dans ces deux circonscriptions, le Front national est en recul. Dans la première, il atteint 5,1% contre 11,9% en 2002. Dans la seconde, le recul est plus impressionnant encore puisqu'il passe de 14,1% à 5,6%.

L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici est celui qui a le mieux résisté à la vague bleue. Dans la circonscription de Montbéliard Est, il arrive derrière la sortante UMP Irène Tharin avec 35,1% des voix contre 41,4% à son adversaire. Ici, il s'agira de séduire les électeurs du FN (8,4%) et du Modem (4,6%) pour l'emporter au second tour. A Besançon, la première circonscription sera le lieu d'une lutte entièrement féminine au deuxième tour entre une UMP et une socialiste. La seconde circonscription, détenue jusqu'alors par la socialiste Paulette Guinchard, verra peut-être l'UMP Jacques Grosperrin l'emporter. Il devra battre la remplaçante de Paulette Guinchard, Marie Guite Dufay.

Du côté du territoire de Belfort, une page de l'histoire pourrait bien se tourner définitivement avec la déroute de la gauche. Le jusqu'alors inusable Jean-Pierre Chevènement est bien mal barré. Dans son fief de Belfort, il est largement devancé par l'UMP Michel Zumkeller, qui l'avait déjà battu en 2002. Une défaite qui pourrait sonner le glas pour le maire de Belfort l'an prochain aux municipales. L'autre circonscription a failli rester à droite dès le premier tour. L'UMP Damien Meslot, sortant, a manqué l'élection pour 4 voix seulement!

En Haute-Saône, Michel Raison (UMP) a été réélu avec 50,5% des voix dans un bastion traditionnellement de gauche. Dans la deuxième circonscription du département, le duel est serré. La députée UMP sortante Maryvonne Briot a obtenu 37,7% des voix, mais son réservoir semble restreint. Jean-Michel Vuillaumé (PS) peut espérer l'emporter. Dans le Jura, la situation est très diverse. Dans la circonscription de Lons-le-Saunier, le sortant UMP Jacques Pélissard a été réélu. Dans la deuxième circonscription, le deuxième tour verra deux UMP s'affronter dans un duel fratricide. Aucun des deux candidats n'avait reçu la bénédiction de la majorité présidentielle. Finalement, à Dole, le député UMP sortant, Jean-Marie Sermier arrive largement en tête avec 47,8% des voix. Une circonscription qui voyait aussi la fille de Dominique Voynet se présenter. Elle n'a obtenu que 4,1%. /DAD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias