Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des Vuille d'ici et d'ailleurs sabrent leur champagne en famille

Le champagne fait bon ménage avec la généalogie: samedi au collège de La Sagne, quantité de Vuille d'ici et d'ailleurs étaient venus déguster le «Champagne Vuille de La Sagne». Tout en remontant le temps... «Alors vous seriez le petit-fils d'Eugène Vuille?» «Oui, du côté de ma mère». Samedi en début de soirée, c'était carrément la cohue au collège de La Sagne. Dont, jaugeait l'administrateur communal Christian Musy, les deux tiers de gens de l'extérieur. Les frères Christophe et Jacky Vuille étaient venus en famille de leur Champagne natale faire déguster le «Champagne Vuille de La Sagne», lancé pour rendre hommage à leur aïeul Albert-Eugène. Et les Vuille étaient au rendez-vous, de Philippe, gendarme à Morteau, à Roger, conservateur du Musée de La Sagne. Il faut dire que leur arbre généalogique remonte à l'an 1380, explique l'historien de la famille, Roland. Cet arbre généalogique mesure huit mètres de long, précise André, ancien instituteur au Crêt-du-Locle.

15 oct. 2007, 12:00

Nous avons également entendu des explications détaillées sur le célèbre Fonds des Vuille qui remonte à 1716, avec ses réunions tous les deux ans impairs, le jour de l'Ascension, à 15 heures précises. Mais les dames ne peuvent pas en faire partie. Et nos Vuille de Champagne non plus semble-t-il, pour une obscure histoire d'enfant illégitime intervenu au cours de l'histoire... Donc, nous avons renoncé à demander aux nombreux Vuille en train de déguster «leur» champagne qui faisait ou non partie du Fonds.

Pour en revenir à ce champagne, on s'accordait à le trouver des plus gouleyant. La liste d'attente pour passer commande était éloquente. Christophe et Jacky couraient de la cuisine à la salle, des verres plein les bras. En plein coup de feu, ils ont quand même eu le temps d'expliquer que l'accueil avait été tip-top. Mais ce n'était pas la première fois qu'ils venaient à La Sagne et ne s'y sentaient pas le moins du monde dépaysés. Leur village de Baroville est beaucoup plus petit: 350 habitants, «dont 17 à 18% de Vuille, j'ai fait le calcul!», assurait Roland, le premier Vuille d'ici à aller goûter au gîte des Vuille de là-bas. «Oui, on a été reconnu comme un clan! L'esprit de famille, la tradition, je ne sais pas si ce sont nos origines suisses, mais c'est très ancré!», confiait Christophe.

Ce champagne, les conseillers communaux en ont déjà acheté personnellement, expliquait le président de commune Eric Robert (dont le grand-père côté maternel s'appelait Arnold Vuille). «On en a déjà bu, c'est ça qui nous a fait venir!» Pour apposer cette marque «Champagne Vuille de La Sagne», «nous avons étudié la chose du point de vue juridique parce qu'il y a plusieurs Sagne dans le monde. Mais nous avons donné l'autorisation sans arrière-pensée, avec plaisir!» Un plaisir partagé, à l'évidence. / CLD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias