Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Daniel Pauly ou la revanche d’un océanographe sur une enfance douloureuse à La Chaux-de-Fonds

Avant de devenir un océanographe renommé, Daniel Pauly a surmonté une enfance difficile à La Chaux-de-Fonds, dans une famille d’accueil qu’il appelle «les Thénardier». Parue l’an dernier, sa biographie, «Un océan de combats», relate l’histoire d’un garçon noir qui a pris une belle revanche sur la vie.

09 mars 2020, 18:55
Daniel Pauly a vécu les premières années de sa vie à La Chaux-de-Fonds, avant de devenir un biologiste marin renommé.

Rien ne destinait Daniel Pauly, né en 1946 des amours d’une ouvrière française et d’un GI afro-américain, à devenir un océanographe renommé. Surtout pas son enfance maltraitée dans une famille d’accueil, à La Chaux-de-Fonds.

«Les G. étaient de vrais ‘Thénardier’, ils me disaient toujours que j’étais paresseux. Cela a sûrement provoqué en moi une forme de résilience», reconnaît le professeur et chercheur principal de l’initiative Sea Around Us à l’Université de Colombie-Britannique, à Vancouver (Canada).

La semaine dernière, Daniel Pauly nous a parlé, via skype, de sa vie dans les Montagnes neuchâteloises. Quinze années relatées dans la biographie «Un océan de combats». Parue en 2019 aux Editions Wildproject, elle a été écrite par David Grémillet, lui-même océanographe, à Montpellier.

«Une ressource»

En 1948, alors que Daniel vivait avec sa mère à Paris, il a été emmené dans la Métropole horlogère par un couple de chiffonniers qui se rendaient régulièrement dans...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias