Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Créer un robot, une formule de leçon originale

La Haute Ecole Arc Ingénierie a invité ses étudiants de première année à conduire un projet original sur la base d'un cahier des charges. Cette année, le défi était de construire un robot capable de monter et descendre une corde raide de 2,5 mètres. Les projets ont été dévoilés vendredi sur le site du Locle. Des robots capables de monter et descendre une corde raide, voilà qui n'est pas banal. Vendredi après-midi, dans une ambiance fort joyeuse, l'aula de la Haute Ecole Arc Ingénierie du Locle a vu une quinzaine de machines réaliser cet exploit, sous les applaudissements nourris de quelque 70 étudiants qui avaient travaillé au projet.

11 sept. 2007, 12:00

Vieux réflexes aidant, il est difficile d'imaginer un robot grimper à la corde sans penser à la démarche chaloupée de 6PO et R2D2, les sympathiques robots à la voix métallique estampillés Hollywood. Mais l'exercice, pour les étudiants de la Haute Ecole Arc Ingénierie, allait au-delà d'imaginer des créatures anthropomorphes. «L'objectif était de faire travailler les élèves de manière autonome, qu'ils se servent de ce qu'ils ont appris», rappelle Guido Frosio, directeur de la HE-Arc Ingénierie. «Les étudiants de première année ont pu, plusieurs heures par semaine, travailler à l'élaboration de ce projet.» L'occasion, pour ces jeunes au bénéfice d'une maturité professionnelle ou d'un CFC, de renouer avec la pratique, avant de commencer leur deuxième année d'études. Des groupes pluridisciplinaires ont rassemblé des élèves issus des filières microtechnique, mécanique ou électronique, afin de travailler sur quelque chose de concret et pratique, dans des conditions industrielles, avec des impératifs techniques, de temps et de budget.

Chacune des quinze équipes a reçu un montant de 1000 fr. pour mettre au point son projet. Soit imaginer un robot, autonome au niveau énergétique, capable de monter et descendre une corde de 2m50 le plus rapidement possible. On a ainsi pu voir Supercoptère, un hélicoptère en forme d'étoile à trois branches sur lesquelles étaient greffées autant d'hélices horizontales. Certains ont eu l'idée d'un dispositif qui projetait un anneau en l'air, d'autres ont imaginé des petits moteurs à explosions... «On a aussi vu quantité de mécanismes farfelus qui fonctionnaient très bien», s'amuse Guido Frosio.

Les plus rapides ont mis deux secondes à grimper et descendre la corde. Les trois meilleures équipes ont remporté des bons pour aller discuter technique autour d'une bonne table. «Les solutions présentées vendredi après-midi rivalisaient d'ingéniosité. Le projet a emporté une vraie adhésion. Les étudiants se sont pris au jeu, le résultat est spectaculaire», a apprécié Guido Frosio, qui s'est félicité de ce que l'exercice avait appris aux étudiants. Soit... «qu'il leur reste encore beaucoup à apprendre! Au cas où certains se demanderaient encore à quoi servent les maths ou la physique...» /SYB

Votre publicité ici avec IMPACT_medias