Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Concert dans les tons anciens

20 nov. 2007, 12:00

La Camerata baroque, hôte des Amis des concerts d'orgue du Locle, a conduit, dimanche, un bel auditoire à la découverte de pages vocales peu connues, choisies dans la production de musiciens du 16e siècle inspirés par la Réforme. Claude Le Jeune, l'Estocart, Goudimel, Sweelinck, Champion, Janequin, ont mis les Psaumes de David en musique.

Trait d'union entre les pays du nord et du sud, foyers d'échange, tous ces compositeurs ont écrit dans le style d'époque. Néanmoins, renouvelant l'intérêt de l'auditeur, chaque œuvre est apparue dimanche dans ses particularités, orientées vers l'ornement, vers des sonorités étales, ou encore vers la forme tâtonnante de la future fugue.

Des sopranos aux barytons, les 16 voix de l'ensemble, quasiment solistes, par registres ou individuellement, rivalisent de verve, de couleurs dans des variations contrapuntiques sans cesse renouvelées. Ces musiques, dirigées par Daniel Meylan, ont trouvé une réalisation, une interprétation à leur mesure. Dès lors tout devenait limpide, fondu dans l'espace, vibrant a cappella ou rehaussé par le coloris des sonorités anciennes des saqueboutes...

Les musiciens de La Tromboncina, William Dongois, cornettiste de renom international, Jacques Henry, Daniel Brunner et Frédéric Théodoloz, respectivement saqueboutes alto, ténor et basse, ont été associés à ce concert. Passionnés par la musique de la Renaissance, ils ont offert un programme fait de petites pièces de Roland de Lassus et de Heinrich Isaac, exigeant que l'on hisse chacune d'elles au niveau d'un petit chef-d'œuvre. Opération réussie. /ddc

Votre publicité ici avec IMPACT_medias