Capa’cité: jeunes et professionnels enfin réunis en présentiel à La Chaux-de-Fonds

Jusqu’à mercredi, Capa’cité prend ses quartiers aux anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds. Ce lundi soir 22 novembre, les métiers gourmands et techniques ont été présentés à plus de 500 jeunes et parents.
22 nov. 2021, 21:38
/ Màj. le 23 nov. 2021 à 21:44
Professionnels et élèves se rencontrent pendant trois jours aux anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds.

Les discussions sont animées et l’ambiance chaleureuse, ce lundi soir 22 novembre, aux anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds. Professionnels, élèves et parents sont unanimes: c’est un véritable plaisir de pouvoir échanger en direct. Il faut dire que du 22 au 24 novembre, les Forums des métiers s’invitent à Capa’cité «en présentiel», de 18h à 20h.

Si cette année ne signe pas encore le retour de l’événement sur une semaine, le comité a tout de même organisé une version «light». Pendant ces trois jours, sur plus de 1000 mètres carrés d’exposition, différents corps de métiers – deux par soirée – démontrent l’éventail des professions qu’ils proposent. Au centre, un espace «speed dating» permet aux jeunes et aux entreprises formatrices de se rencontrer.

Métiers peu connus mis en lumière

Ce lundi, ce sont les métiers liés aux quartiers «technique» et «gourmand» qui sont à l’honneur. Séverine Favre, responsable du service formation professionnelle de la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse, a le sourire. Après une année sans possibilité de rencontres réelles, cette version de Capa’cité, même réduite, est pour elle une aubaine: «Ce genre d’événement est particulièrement important pour certains métiers qui ne sont pas connus.» 

C’est une sacrée organisation pour amener les machines et mobiliser apprentis et entreprises, mais cela en vaut vraiment la peine.
Séverine Favre, responsable du service formation professionnelle de la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse

Effectivement, en démonstration, on retrouve notamment le seul apprenti qualiticien en microtechnique du canton de Neuchâtel. «C’est un tout nouveau métier, très demandé par les entreprises. Il y avait une place d’apprentissage l’année passée, cette année nous avons pu en créer trois.»

A lire aussi: Gorgier: Capa’cité offre une balade virtuelle sur mesure aux Cerisiers

Montrer l’évolution des métiers: un véritable objectif pour tous les professionnels réunis lundi soir. Même si, pour cette année, ils n’ont que deux heures sur une soirée pour rencontrer directement les élèves, ils y ont mis les moyens. «C’est une sacrée organisation pour amener les machines et mobiliser apprentis et entreprises, mais cela en vaut vraiment la peine», assure Séverine Favre.

«Des métiers de contacts»

Du côté du quartier «gourmand», on a aussi vu les choses en grand. Karen Allemann et David Maye, de GastroNeuchâtel, ont souhaité «amener de la fraîcheur à ce quartier, pour qu’il reflète la réalité des métiers de bouche, de l’hôtellerie et de la restauration d’aujourd’hui». 

De technologue du lait à tout l’éventail des métiers des services, une large fourchette de professionnels ont répondu présent. «Ce sont des métiers de contacts, qui se font par passion. C’est donc important de pouvoir échanger et poser ses questions.»

A lire aussi: Le Landeron: Capa’cité se la joue «gaming» au C2T

A 20h, les portes des anciens abattoirs se ferment. Deux heures courtes, mais intenses, qui portent leurs fruits. Le succès est d’ailleurs au rendez-vous, avec plus de 500 personnes inscrites. 

Mardi 23 novembre, à 18h, les portes s’ouvriront à nouveau pour accueillir les quartiers «vert» et «bâtiment & construction». Mercredi 24 novembre, ce sera au tour des quartiers «commerce & gestion» et «santé & social» de se présenter.

En savoir plus: Le site de Capa’cité


par Marika Debely