"Maladresse à la Maladière": le commentaire de Raphaèle Tschoumy

Neuchâtel Xamax FCS a brutalement révélé, ce samedi matin, que Stéphane Henchoz quitterait le club cet été. Les joueurs ont appris la nouvelle à travers les médias... Découvrez le commentaire de Raphaèle Tschoumy, rédactrice en cheffe des Sports.

25 mars 2019, 08:19
Stéphane Henchoz n'entraînera plus les Xamaxiens dans quelques mois, a communiqué le club ce samedi 23 mars.

Mais qu’a donc piqué le comité de Xamax? Pourquoi bon sang choisit-il de communiquer en urgence un samedi matin à 10h51 la nouvelle stratégie du club et le changement d’entraîneur prévu à l’été? Pourquoi les dirigeants ne prennent-ils pas le temps d’informer sereinement les joueurs, ceux-là mêmes qui sont au front toutes les semaines, sur le terrain? Réponse du président Christian Binggeli : «Malheureusement, il y a eu des fuites». 

Oui. En effet. La Maladière est un tout petit monde. Les gens s’y croisent. Les téléphones y sonnent. Les murs provoquent des résonnances inattendues. Bref, les informations circulent. Sans compter que tous les clubs de Super League sont sous la haute surveillance des médias régionaux et nationaux.

Et alors? Est-ce que des fuites potentielles doivent avoir de l’influence sur les choix stratégiques d’un club de foot ou d’une entreprise? Par exemple, une entreprise horlogère informerait-elle d’abord le public avant ses employés si des fuites faisaient état d’une éventuelle délocalisation? Autre exemple: le gouvernement neuchâtelois organiserait-il une conférence de presse sur les soucis d’un service X ou Y sans en informer les collaborateurs concernés? La réponse est évidemment non. 

Négliger l’information à l’interne et annoncer prioritairement au public un changement d’entraîneur revient à donner un bâton aux supporters pour mieux se faire battre. Il suffit de parcourir les commentaires vils, méchants et dénués de recul des réseaux sociaux pour s’en convaincre. Rien ne les justifie. Mais aujourd’hui, Xamax n’a plus le droit de se jeter en pâture pareillement. Le travail de tout dirigeant est de mijoter des visions à long terme. En ce sens et sur le fond, Xamax voit juste. Le projet des M21 et l’engagement probable de Joël Magnin semblent cohérents pour la pérennité du club. Mais avec de telles indélicatesses stratégiques, c’est tout l’équilibre «rouge et noir» qui en prend un coup. Dommage et navrant.