Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Voleurs de montres condamnés

07 juil. 2010, 09:57

Deux ans de prison dont 10 mois ferme pour l'un, deux ans avec sursis pour l'autre: tel a été, hier, le verdict du Tribunal correctionnel de Neuchâtel à l'encontre des deux prévenus dans une affaire de vols au sein de l'entreprise horlogère Panerai en 2007 (notre édition du 31 mars). Un employé, alors chef de la logistique, avait dérobé une trentaine de montres dans les coffres de l'entreprise à Neuchâtel. Ces montres avaient ensuite été mises en vente par un complice. Le montant du butin avoisinait le demi-million de francs.

Les deux prévenus étaient tout deux absents hier au tribunal. Le principal accusé vit actuellement aux Émirats arabes unis, où il a retrouvé de l'embauche. Son complice, condamné pour recel, se trouvait, selon ses dires, au Portugal, au chevet de sa mère, victime d'une attaque cérébrale.

La principale question à laquelle ont dû répondre les jurés était de savoir qui était véritablement l'instigateur de ces vols. Etait-ce le receleur qui avait mis la pression sur l'employé, ou l'employé, reputé flambeur et en manque de liquidités malgré un salaire annuel de 160 000 francs, qui aurait utilisé son complice pour écouler sa marchandise?

«L'un ne va pas sans l'autre», a estimé la juge Geneviève Calpini Calame lors du jugement. «Les deux sont responsables. Il n'y aurait pas eu de vols sans receleur, pas de recel sans voleur.» Les deux hommes ont déjà, par ailleurs, des casiers judiciaires bien remplis: l'ex-employé avait été condamné pour une affaire semblable en 2004.

En son absence, un mandat d'arrêt international pourrait être émis. «C'est une possibilité. Le jugement sera en tout cas transmis», indique le procureur Pierre Cornu. /mah

Vidéo:
Canal Alpha | Thierry Grünig | Noémie Guignard

Votre publicité ici avec IMPACT_medias