Une double voie qui permet de rouler à 160 km/h

25 juin 2008, 12:00

Il y avait fête, hier après-midi, à la gare de Gampelen, à l'occasion de l'inauguration du tronçon à double voie entre Anet et la forêt du Vanel, sur la ligne du BLS Berne-Neuchâtel. Sur ce tronçon long de 5,1 km et qui a été ouvert lundi, les trains pourront circuler à 160 km /h. Si les deux voies sont désormais en service, les travaux de finition, notamment à la gare de Gampelen, qui a été déplacée de 150 m à l'est, devraient être achevés dans le courant de l'été.

Le président de la direction de BLS SA Mathias Tromp a souligné l'importance de cette ligne. Elle accueille aussi bien des trains régionaux pour le trafic des pendulaires que des trains régionaux entre les deux chefs-lieux et des trains internationaux, avec le TGV qui relie Berne à Paris. Il a souligné que l'ouverture de ce tronçon à double voie sera complétée cet automne par l'inauguration d'un second tronçon à double voie de 2 km entre Bümpliz Nord et Niederbottigen. Et de relever qu'à l'entrée en vigueur du nouvel horaire, à mi-décembre, ces deux nouveaux tronçons permettront de réduire de sept minutes le trajet: Neuchâtel sera alors à 33 minutes de la capitale fédérale. De quoi offrir de meilleures correspondances en gare de Neuchâtel et d'élargir l'offre dans le réseau du RER bernois.

Mais les BLS n'entendent pas en rester là: ils veulent doubler la voie jusqu'au pont de Thielle dans les cinq ans, et jusqu'à Marin à plus long terme. Le plus gros projet reste toutefois la construction du nouveau tunnel à double voie de Rosshäusern. Mathias Tromp a rappelé que les Chambres fédérales ont déjà libéré un crédit de 100 millions à cet effet. Un geste qui souligne l'importance de cette ligne.

De gros efforts ont été faits sur le tronçon inauguré hier en matière de protection de la faune, avec la construction de passages à gibier, et même de passages pour les reptiles.

La directrice bernoise des Travaux publics Barbara Egger-Jenzer s'est réjouie de ce tronçon qui rapproche Berne de la ville du Littoral, mais aussi de la capitale française.

Son homologue neuchâtelois Fernand Cuche a quant à lui rappelé que la contribution financière de son canton a été le premier crédit important qu'il a dû faire passer au Grand Conseil en tant que nouveau conseiller d'Etat, en 2005. / pou