Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un trio qui déconstruit Coltrane et Nirvana

23 janv. 2009, 08:56

Mercredi soir au bar King, pour le deuxième concert de leur festival, les Mardis du jazz accueillaient le trio Strictly Commercial. Emmenés par le saxophoniste ténor Christoph Irniger, ces Zurichois ont proposé une musique empruntant davantage au rock ou à la drum'n'bass qu'au swing.

Outre leurs propres compositions, souvent construites autour de motifs rythmiques complexes, les musiciens ont également revisité quelques morceaux puisés aussi chez bien chez John Coltrane que chez Nirvana. Mention spéciale pour une version jubilatoire de «Wonderwall», du groupe Oasis, entamé avec un enthousiasme tout adolescent, puis déconstruit au fil des tours jusqu'à ce qu'il ne reste plus grand-chose du morceau original.

Au ténor, Christoph Irniger possède une sonorité boisée, presque feutrée, qui contraste avec un discours mélodique privilégiant les ruptures et les grands intervalles. A la basse électrique, Rodrigo Aravena déploie un jeu élégant mais toujours solide. Pour compenser l'absence d'instrument harmonique, le bassiste recourt largement au jeu en accords, en alternance avec des lignes de basses massives et diablement efficaces.

Quant au batteur Dominik Burkhalter, renversant sur les rythmes jungle, il prend un malin plaisir à subdiviser, décaler et renverser la pulsation, voire à changer brutalement de tempo le temps de quelques mesures. Un vrai régal. Au final, le trio zurichois a livré une prestation des plus réjouissantes, et ce malgré un public pas toujours très attentif. /nhe

Le festival se poursuit ce soir avec Warnton et demain avec Xavier Nüssbaum. Concerts dès 20h45. Entrée libre, collecte recommandée. Réservation conseillée au 032 /724 27 07

Votre publicité ici avec IMPACT_medias