Un précieux moment musical

17 avr. 2008, 12:00

Les récitals de guitare en duo, c'est très rare. Fort heureusement le 100e anniversaire de la section neuchâteloise de la Dante Alighieri a comblé ce vide. Lundi, au péristyle de l'Hôtel de ville de Neuchâtel, Denis Battais et André Fischer ont offert un programme de partitions liées à l'Italie, bien sûr, mais encore de pages classiques et de transcriptions. Le public, venu en nombre, a fait fête aux musiciens.

Dès le début, l'ouverture de l'opéra «Il pirata» de Bellini a situé la puissance évocative des deux instruments. Le Concerto italien de Jean-Sébastien Bach a été caractérisé par la technique virtuose des musiciens et leur faculté de recréer les styles. Le discours est naturel, évident, fluide, la sonorité limpide.

En unissant la guitare et la musique romantique, les interprètes placent leur instrument loin d'un répertoire confiné. Ils conduisent la guitare dans les pages les plus séduisantes de Brahms, vers des transcriptions exemplaires d'Intermezzi. Denis Battais et André Fischer ont démontré à l'envi toute l'expression à laquelle on peut atteindre dans un genre musical inhabituel, mais qui n'attend que des interprètes à sa hauteur pour vivre.

Au fil des ?uvres, alternant les styles, on s'est aperçu que les guitaristes accordent une attention toute aussi sourcilleuse à des pièces plus légères, telles la fantaisie de Carulli sur le carnaval de Venise, la Suite italienne de Gangi, où une mélodie des Abruzzes partage son charme avec le Saltarello romain ou la Tarentelle. C'est l'élégance même. / ddc