Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Suivre un itinéraire didactique et sauter comme un grillon

Mimer un papillon tout en s'imprégnant du biotope. C'est ce que propose le deuxième plan d'action du concept «Nature en ville». Si le Conseil général de Neuchâtel l'approuve lundi soir, un parcours reliera prochainement le Nid-du-Crô au Laténium. Mettre en place un itinéraire piétonnier didactique et ludique le long du lac. Tel est l'objectif du deuxième plan d'action du concept «Nature en ville» qui fera l'objet, lundi soir lors de la séance du Conseil général de Neuchâtel, d'une demande de crédit de 440 000 francs.

01 sept. 2007, 12:00

Ce concept, inclus dans l'une des 23 actions que compte l'Agenda 21 de la Ville, bénéficiera d'une subvention fédérale de 242 000 francs, tandis que des partenaires et sponsors sont prêts à débourser 116 000 francs au total pour le soutenir.

Le groupe de travail «Nature en ville» a constaté que le secteur des rives entre le Nid-du-Crô et Monruz «souffre de déficits d'identification et de représentation». Il en a déduit que ce paysage méritait d'être «valorisé».

Appuyé par une équipe de spécialistes des milieux botaniques, entomologiques et ornithologiques, pilotée par un bureau d'architectes-paysagistes, le groupe de travail a mis sur les rails ce parcours qui s'étendra du port du Nid-du-Crô au Laténium d'Hauterive. Question de sensibiliser, tout en l'amusant, la population au biotope qu'abrite les rives, chacune des onze étapes que comportera ce parcours proposera une expérience physique. Il s'agira pour les promeneurs, en guise de clin d'?il au biotope mis en valeur, de mimer le papillon, de faire la chenille ou encore de sauter comme un grillon.

L'exécutif souligne que la création de ce parcours didactique poursuit un double objectif. «Faire découvrir aux promeneurs la diversité des milieux existants en les sensibilisant à leur importance en milieu urbain.» Cela d'autant plus dans un secteur comme celui de Monruz qui, urbanistiquement parlant, est considéré «comme l'un des secteurs clés du développement de Neuchâtel», précise le Conseil communal.

Cette deuxième phase de «Nature en ville» est, par ailleurs, en parfaite adéquation avec la ligne directrice de la protection de la nature, adoptée, en 2005, par le Grand Conseil. Elle définit notamment la biodiversité dans les localités comme un domaine prioritaire.

Pour peu que le Conseil général donne son aval, le programme de ce deuxième plan d'action s'étendra sur la période 2007-2010. Il comprend 17 actions spécifiques pour mettre en valeur roselière, haies, murs, eaux, forêt, prairie et autres jardins privés qui jalonnent cet itinéraire. /FLV

Votre publicité ici avec IMPACT_medias