Stop Sida, oui, mais soft, svp!

15 avr. 2008, 12:00

Le week-end dernier, à Neuchâtel, des affiches de la campagne Stop Sida ont été partiellement masquées avec des slogans hostiles. Par voie de communiqué, un groupe politique jusqu'ici inconnu a revendiqué la paternité de cette action.

Cette nouvelle organisation a son siège à Neuchâtel. Son coordinateur romand, David L'Epée, a fait ses premières armes en politique à la gauche de la gauche, auprès de Solidarités. Aujourd'hui, il estime que «droite» et «gauche» sont des termes dépassés. Il se définit comme «patriote souverainiste, attaché aux valeurs familiales». Pour lui, la tolérance prônée par la gauche et l'extrême gauche revient à «toujours pousser la masse à tolérer la marge». D'où le combat contre la campagne en cours de Stop Sida, jugée «vulgaire», «éc?urante» et méprisant «la sensibilité des habitants de nos quartiers (à commencer par les enfants)».

Les militants du nouveau groupe et les citoyens sont invités à coller des slogans sur les affiches, sans les détruire et au moyen de scotch de carrossier, facilement détachable. Car David L'Epée n'est pas opposé au message de prévention, mais à la manière dont il est porté. Il reconnaît que l'action est illégale, mais il la juge légitime: «Nul besoin, pour sensibiliser la population, de recourir à la pornographie!», juge-t-il. / lby