Sauvé par un coup de théâtre

02 août 2015, 19:24

Le Tribunal de police de Neuchâtel rendait hier son jugement dans une affaire de faux dans les titres qui remonte à 2008.

Pierre*, le prévenu, qui n'assistait pas à la lecture du jugement, s'était lancé dans une entreprise spécialisée dans le commerce de métaux précieux (lire notre édition du 3 juillet). Il s'était alors procuré la quantité de cinq kilos d'or qu'il était parvenu à importer.

Aidé d'un ami, François*, il aurait créé un document destiné à crédibiliser son entreprise aux yeux d'autres acteurs du marché, notamment une banque genevoise et des hommes d'affaires saoudiens. Le document désignait Metalor comme acheteur potentiel de l'or.

Lors de l'enquête, François avait déclaré qu'il avait agi à la demande de Pierre et que ce dernier était parfaitement au courant de l'illégalité de la pratique.

Mais devant le juge, François est revenu sur ses dires. Arguant que Pierre ne pouvait soupçonner que Metalor était impliqué, François a tenté de laver son comparse de tout reproche.

Le juge a estimé que plus de deux ans après les faits, il n'était plus possible de se forger une opinion quant à la véracité des déclarations de François.

Et puisque aucune preuve ne vient contredire ses nouvelles déclarations, il n'est pas permis d'en douter. Faute de preuve, le prévenu a été acquitté. Les frais des poursuites sont à la charge de l'Etat. /gve

*prénoms fictifs