Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'autolouange selon Marie Milis

19 juin 2010, 08:54

«Je suis une idée qui germe dans la tête d'un génie.» Dans quel poème de Rimbaud trouve-t-on cette phrase bluffante? Nulle part chez Rimbaud, mais sous la plume de Xavier, élève de Marie Milis, enseignante en mathématiques. Dont le nom s'associe presque automatiquement avec l'autolouange. De passage en Suisse romande, Marie Milis dirigera des ateliers à Montezillon (ce week-end) et à Lausanne (les 22 et 23 juin)*.

Marie Milis, qu'est-ce que l'autolouange?

Ce n'est ni une autopromotion, ni une variante de la méthode Coué, ni une manière de se booster les bretelles de l'ego. C'est plutôt s'asseoir sur le trône de soi-même, se dire: «Ce que je suis, je peux le mettre dans la lumière.»

Avez-vous inventé l'autolouange?

Non, non! Les premiers textes d'autolouange datent d'il y a 5000 ans, et il s'agit d'une pratique commune à toute l'humanité. Je ne suis qu'une modeste connexion.

Les autolouanges qu'on peut lire dans votre premier livre ou sur internet prennent une forme poétique et qui paraît parfois «enflée»...

L'autolouange se rédige selon trois principes: écrire à la première personne du singulier; ne pas comporter de mensonge; et surtout: ce qui me traverse doit être amplifié. Quelqu'un avait d'abord écrit: «Je suis comme saint François d'Assise.» Mais il a finalement biffé le «comme». ll est donc clair que ce principe d'amplification fait que l'autolouange a partie liée avec la métaphore. C'est, d'une certaine façon, écrire son blason comme on le faisait au Moyen Age.

Vous vous y êtes mise avec des élèves en difficulté. Est-ce que ça marche?

J'ai en effet vu la pratique de l'autolouange éradiquer fortement l'échec scolaire. Cela s'explique: elle apprend à se penser autrement. Mais l'autolouange n'est pas une méthode, et on n'écrit pas son autolouange avec un objectif; l'enfant n'a pas d'objectif quand il joue.

L'équipe de France de football devrait-elle se mettre à l'autolouange?

(Sourire). Je ne m'y connais pas trop en foot, mais je dirais oui. Je crois qu'il doit être difficile d'être au top par obligation. L'équipe de France redeviendra bonne quand elle redécouvrira sa capacité de jouer. /jmp

*Renseignements et inscriptions au 078 860 20 97 ou à manub@sunrise.ch

Votre publicité ici avec IMPACT_medias