Radar, feu rouge et souterrains

26 oct. 2010, 10:16

Deux crédits seront soumis au Conseil général du Landeron jeudi soir. Le premier, d'un montant de 88 100 francs, permettrait la réfection des deux carrefours du village. Le second s'élève à 100 000 francs. Il vise à financer une étude qui définira au plus près l'enveloppe budgétaire nécessaire aux travaux de réfections de la rue du Temple.

Quoi de plus agaçant que d'attendre devant un feu rouge, redoutant que les mystérieux capteurs sous-terrains qui ordonnent le passage au vert du feu ne nous aient oubliés? Un souci peut-être bientôt oublié pour les Landeronnais. Le crédit qui devrait être accordé au Conseil communal permettrait en effet de changer les «boucles d'induction» (les mystérieux capteurs) par des «détecteurs hors sol». On verrait ainsi fleurir un radar au carrefour de l'ancienne gendarmerie et une caméra au carrefour du Tirage. Et non pas pour flasher les chauffards, mais bien pour fluidifier le trafic.

Ce même crédit serait également utilisé pour remplacer, dans les «feux rouges», les ampoules à incandescence par des inserts LED; une évidence écologique comme économique à l'heure actuelle.

L'autre crédit, d'un montant légèrement plus important, vise à subvenir aux coûts d'étude de la réfection des entrailles de la rue du Temple. L'Etat, propriétaire de la superstructure de la route, souhaite depuis 2004 procéder à la pose d'un nouveau «tapis» bitumineux. Mais jusqu'en 2010, la commune du Landeron (propriétaire, elle, de l'infrastructure), avait toujours demandé à l'Etat de reporter cette couverture, attendant d'être prête à exécuter les travaux de fond (évacuation des eaux, électricité, etc.) Il semblerait qu'aujourd'hui, l'état de la chaussée ne permette plus de délai. /vgt