Réservé aux abonnés

Quatre défis pour la viticulture neuchâteloise

Davantage de vin haut de gamme et encore plus de bio. L’avenir de la viticulture neuchâteloise se jouera sur ce terrain, au moins en partie. On fait le point, avec les vignerons.
02 nov. 2021, 05:30 / Màj. le 16 nov. 2021 à 10:05
Mireille Bühler, directrice de Neuchâtel Vins et Terroir, avec les vins ambassadeurs: le non-filtré, l’œil-de-perdrix et le pinot noir.

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois