Quatre communes s’opposent au tunnel de Gléresse

La Neuveville, Plateau de Diesse, Douanne et Gléresse ont fait opposition au projet de tunnel ferroviaire de Gléresse. Ces communes ont fait part de certaines réserves et revendications, notamment financières.

25 mars 2019, 19:06
L'entrée ouest du futur tunnel à Chavannes.

Quarante-quatre oppositions ont été formulées contre le projet de tunnel ferroviaire de Gléresse, qui prévoit de doubler la voie entre Chavannes et Douanne d’ici 2025 ou 2026. Elles émanent des communes de Gléresse, Douanne, La Neuveville et Plateau de Diesse, de trois organisations de protection et de 37 particuliers.

«Nous contestons un certain nombre d’éléments», confirme Christian Ferrier, conseiller municipal de La Neuveville. Parmi eux, citons la nouvelle configuration d’un passage inférieur, «le déplacement de la bretelle de sortie de la N5 sur un viaduc très imposant et la création d’une place d’atterrissage pour les hélicoptères à proximité du portail ouest».

Financement à clarifier

La commune souhaite également que le financement de certaines mesures soit clarifié, pour être sûre de pas devoir mettre la main au porte-monnaie. Le réaménagement de l’accès au lac depuis Chavannes, la création de zones de compensation écologique, la construction d’une piste cyclable et le service de bus résultant de la suppression annoncée de la gare de Gléresse figurent dans la liste des revendications.

«Donc, pour me rendre à Prêles avec le funiculaire, je dois aller en train à Douanne puis revenir en arrière en bus jusqu’à Gléresse avant de monter…», s’était déjà offusqué Jean-Pierre Latscha (Forum) lors d’une séance du Conseil général, en septembre dernier.

Crainte pour le Vinifuni

A Plateau de Diesse, on craint que la suppression de la gare de Gléresse prive la région de centaines, voire de milliers de touristes par année, en admettant qu’une bonne partie des 100’000 à 120’000 utilisateurs du Vinifuni ne soient pas des pendulaires.

«Cela concerne les touristes, mais aussi trois colonies de vacances et le camping de Prêles, le plus grand du Jura bernois», précise le maire Raymond Tröhler. «Cette opposition nous permettra d’être partie prenante dans ces décisions, étant donné que nous n’avons jamais été consultés concernant ce projet.»

Limiter le bruit

Si la commune de Douanne «approuve le projet dans son ensemble», le Conseil municipal souhaite limiter les nuisances pendant le chantier, ainsi que le bruit et les ondes de choc dès la mise en service, étant donné l’augmentation de la vitesse et de la fréquence des convois. 

L’opposition de Gléresse, elle, concerne avant tout des questions de compensations et devrait être réglée à l’amiable avec les CFF. Des décisions devraient tomber avant la fin du mois d’août.

Dan Steiner, réd