Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Prévenu d'avoir abusé d'une fillette

01 oct. 2008, 12:00

Le Tribunal correctionnel de Neuchâtel étudiait hier matin le cas de Lazar* en audience préliminaire. Ce trentenaire originaire de Bosnie-Herzégovine, habitant à Neuchâtel, est principalement accusé d'avoir commis entre 2001 et 2006 des actes d'ordre sexuel, des viols, un acte pornographique, et des contraintes sur une fillette âgée de 9 ans, une tentative de contrainte et des menaces à l'encontre de la mère de la fillette.

Le prévenu aurait profité de son statut d'ami des parents de Jasna* et de l'absence de sa femme et de ses enfants pour demander à la fillette de se présenter à son domicile, prétextant avoir quelque chose d'important à lui dire. Lors de son arrivée chez l'accusé, Jasna le découvre visionnant un film pornographique qu'il lui intime de regarder alors qu'elle lui demandait d'arrêter la télévision. Il l'aurait ensuite empêchée de partir et embrassée de force, avant de la déshabiller et de la contraindre à l'acte sexuel.

Ces viols se seraient reproduits à plusieurs reprises, la plupart du temps sans préservatif, à raison d'une fois par mois. Lazar aurait écrit à la fillette des SMS pour qu'elle se rende chez lui et serait même allé jusqu'à la chercher à la sortie de l'école, la menaçant de mort et de son propre suicide si elle venait à en parler. Il aurait également dit vouloir quitter sa femme pour vivre avec Jasna.

Il aurait aussi par téléphone menacé de tuer Jasna et sa mère avant de se suicider si elles portaient plainte à son encontre. Ce qu'elles firent un mois plus tard. Le prévenu a contesté ces accusations. Il admet en revanche partiellement les accusations de tentatives de menaces contre les fonctionnaires et de violations des règles de la circulation routière alors qu'il conduisait en état d'ébriété, sans ceinture de sécurité et à une vitesse inadaptée. Il avait, en outre, menacé un agent de police lors de son audition à l'hôpital, lui disant: «Je te retrouverai en ville, je n'oublie pas ta tête, tu verras bien».

Malgré ces supposées menaces de mort et tous les actes qu'on lui reproche, Lazar s'est présenté à l'audience libre.

«Les menaces sont courantes et rarement mises à exécution, de plus le prévenu ne présente pas un profil de récidiviste, ni de fuyard», indique la présidente du tribunal, Geneviève Calpini Calame. Le prévenu a cependant l'interdiction de prendre contact avec la famille de Jasna. L'audience de jugement aura lieu le 12 novembre 2008. /jbe

*Prénoms fictifs

Votre publicité ici avec IMPACT_medias