Passionné de jazz, Philippe Zumbrunn a tiré sa révérence

Homme de radio, preneur de son, photographe et surtout grand passionné de jazz, le Neuchâtelois Philippe Zumbrunn s’est éteint dimanche 5 janvier, à l’âge de 88 ans.

07 janv. 2020, 16:08
Au fil des années, Philippe Zumbrunn (ici en avril 2017) avait rassemblé quelque 100 000 disques et autant de photographies.

Il avait enregistré et photographié Count Basie ou Ella Fitzgerald, pour n’en citer que deux parmi des centaines d’autres. Dimanche 5 janvier, Philippe Zumbrunn a rejoint ces artistes qu’il aimait tant au paradis des jazzmen. Il avait 88 ans.

Né à Nancy en 1931, il découvre le jazz au milieu des années 1940, grâce à un poste de radio qu’il a lui-même fabriqué. Pour pouvoir assister aux concerts de ses idoles, il se bricole un flash électronique et se fait passer pour le correspondant d’un journal suisse, ce que personne ne peut vérifier.

Très critique face au mouvement de Mai 68, il quitte la France et arrive à Neuchâtel en 1972. «J’ai trouvé ça beau, cette ville calme au bord du lac», nous racontait-il en avril 2017.

«Un homme aimable et d’une grande culture»

En 1984, il intègre la radio RTN, quelques mois seulement après sa création. «Il était responsable de l’organisation technique et moi, du rédactionnel», se souvient le journaliste chaux-de-fonnier Rémy Gogniat. «C’était un homme doux, aimable, d’un grand calme et d’une grande culture. Il avait envie de haute technologie mais acceptait de se débrouiller avec nos pauvres moyens de l’époque. Il avait foi en la radio.»

En 1988, il quitte RTN pour fonder Radio Framboise, dans le canton de Vaud. Il la dirigera jusqu’en 2005. En parallèle, il lance la radio internet Radio jazz International, dont les parrains sont la chanteuse Dee Dee Bridgewater et le saxophoniste Manu Dibango. Au fil des années, il avait rassemblé une collection de plus de 100 000 disques et autant de photographies.