Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Paroisses catholiques en deuil

12 févr. 2008, 12:00

A la suite du drame qui les a frappées, les quatre paroisses catholiques de la ville de Neuchâtel ont décrété un deuil de 40 jours. «Nous faisons carême, jeune et silence jusqu'à Pâques», a confirmé hier l'abbé Philippe Baudet, curé de Notre-Dame de l'Assomption. Le signe visible de cette mesure, annoncée aux fidèles lors des cultes de ce week-end, sera la réduction des chants et le voilement des statues.

Par ailleurs, des voix s'expriment pour désapprouver le choix fait par l'abbé Baudet, mercredi dernier lors du service funèbre, d'ouvrir la communion «à chacun, quelle que soit sa confession chrétienne» (notre article du 7 février). A la suite d'un article paru dans l'édition dominicale du quotidien «Le Matin», mettant l'accent sur le caractère «très rare» de cette décision, une dame a adressé son mécontentement à l'évêché.

Ce choix, écrit-elle, est «en totale désobéissance avec les règles en vigueur reprises encore récemment par la Sacramentum Caritatis. Cette décision ne peut que susciter de la confusion et contribuer encore à donner de Benoît XVI l'image d'un rétrograde contraire à l'?cuménisme. L'article montre comment ce geste va être manipulé, instrumentalisé par les opposants à Benoît XVI. Céder à l'émotion, vouloir aller dans la direction du «médiatiquement» correct, n'est sûrement pas ce dont l'Eglise a besoin en ce moment.»

Il ne s'est pas agi d'une «intercommunion», explique de son côté l'abbé Philippe Baudet. Pour lui, cette démarche, «exceptionnelle et liée aux circonstances particulières», a été d'offrir l'«hospitalité eucharistique» aux chrétiens non-catholiques se trouvant dans l'assistance. /lby-réd

Votre publicité ici avec IMPACT_medias