Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

«Nous nous sentons bernés»

Une citoyenne s’insurge contre la commune qui s’alimente dans une nappe phréatique que le canton a demandé de mettre hors-service.

16 avr. 2016, 01:02
Une vue sur la distribution d'eau gratuite a la population par Roger Baumgartner, le chef de la Voirie du Locle ce mercredi 29 juillet 2015 au Locle. A la suite d'une vague de gastro-enterite qui a touche la ville neuchateloise, le ville va distribuer de l'eau jusqu'a nouvel avis. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott) SUISSE EPIDEMIE GASTRO-ENTERITE DISTRIBUTION EAU

La population neuvevilloise est remontée. Depuis jeudi après-midi, elle ne peut plus boire son eau. La raison: un fort risque de pollution. Des analyses sont en cours et les résultats définitifs ne sont attendus que lundi.

Ancienne préfète du district de La Neuveville, Barbara Labbé ne décolère pas face à cette situation. «Suite à la première pollution de l’eau de 1998 (réd: qui avait cloué au lit la grande majorité de la population), nous avions pris des mesures pour que la nappe phréatique de la Plage, à La Neuveville, soit mise hors-service le plus rapidement possible», explique Barbara Labbé qui était directement impliquée, par sa fonction, dans le scandale de 1998. «Et près de 20 ans plus tard, on revit ça. C’est inacceptable.»

De la nappe phréatique

L’ancienne préfète a été intriguée que plusieurs cas de pollution de l’eau se soient produits ces dernières années alors que la situation...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias