Neuchâtel: les structures d’accueil se racontent dans une exposition

L’évolution de notre société entraîne une demande croissante en matière d’accueil pré et parascolaire. Les professionnels du domaine se présenteront à l’occasion d’une exposition au péristyle de l’hôtel de ville, à Neuchâtel.

07 nov. 2019, 05:30
Des éducateurs seront présents au péristyle de l'hôtel de ville de Neuchâtel les 22 et 23 novembre pour répondre aux questions et interrogations des parents.

«Nous voulons mettre en lumière un métier discret et pourtant crucial pour notre société.» C’est avec cette conviction qu’Anne-Françoise Loup, conseillère communale de la Ville de Neuchâtel en charge de l’éducation, a présenté ce mercredi l’exposition intitulée «Grandir, un jeu d’enfant?». Les équipes éducatives du Service de l’accueil de l’enfance se présenteront au péristyle de l’hôtel de ville les 22 et 23 novembre prochain.

Au travers de vidéos, de textes et de divers ateliers, les visiteurs découvriront l’envers du décor et les différents projets éducatifs menés avec les enfants. Cette exposition intervient alors que le rôle des structures d’accueil n’a «jamais été aussi important», assure Ann Charlotte Nilsson, cheffe du Service de l’accueil de l’enfance.

Nous nous montrons respectueusement intrusifs.
Ann Charlotte Nilsson, cheffe du service de l’accueil de l’enfance

«Un maillon indispensable»

À l’heure où les parents sont toujours davantage occupés par leur vie professionnelle, ces accueils «extra-familiaux» leur permettent «de continuer à vivre», estime Anne-Françoise Loup.

Ann Charlotte Nilsson note pour sa part que les «attentes des entreprises sont de plus en plus importantes», notamment concernant la souplesse des horaires des structures. Le nombre de places d’accueil pré- et parascolaire est passé de 801 à près de 1046 en cinq ans, selon des chiffres de l’Office des structures d’accueil extrafamilial et des institutions d’éducation spécialisée.

«Les éducateurs constituent un maillon indispensable», assène ainsi la cheffe du Service de l’accueil. Néanmoins, ces professionnels ne remplacent pas les parents. «Nous formons une véritable équipe. Sans les parents, nous n’aurions pas toutes les clés pour comprendre leur chérubin», explique Jennifer Widmer, coordinatrice de l’accueil préscolaire de la ville de Neuchâtel.

Bien plus qu’un accueil

Les éducateurs sont amenés à s’adapter toujours davantage. Les origines de l’enfant et l’environnement dans lequel il évolue sont deux exemples d’influences potentielles liées à sa prise en charge. La confiance de la relation éducateurs-parents-enfants est primordiale pour les professionnels. «Nous nous montrons respectueusement intrusifs», explique Ann Charlotte Nilsson.

Pas moins de 1700 enfants de la ville de Neuchâtel sont accueillis par 250 professionnels. D’où l’importance, selon Ann Charlotte Nilsson de lever le voile sur les différentes activités s’y déroulant. Les enfants sont ainsi encouragées à prendre confiance en eux, à développer leurs propres compétences et leurs capacités à agir de manière autonome. «Lorsqu’il entre dans une crèche, un quidam pourrait être tenté de croire que le travail consiste uniquement à jouer avec les enfants. Mais c’est bien plus que ça.»

 

Infos pratiques

Exposition «Grandir, un jeu d’enfant?», hôtel de ville de Neuchâtel, 22 et 23 novembre.