Réservé aux abonnés

Neuchâtel: «La transidentité, c’est se tailler son propre chemin dans son propre genre»

Un tout jeune collectif met sur pied un événement pour parler de la transidentité. Son but? Humaniser les personnes transgenres, trop souvent réduites à leur opération médicale.

06 mars 2019, 15:00
James Alzetta, Aline Tatone, et Giona Mottura (de gauche à droite) ont fondé le collectif Sui Generis pour parler de transidentité.

Pour eux, ce ne sont pas les organes génitaux qui définissent l’identité d’une personne. Il y a environ une année, Aline Tatone, James Alzetta et Giona Mottura ont fondé le collectif Sui Generis. Leur but? Organiser des événements autour de la transidentité, soit le fait, pour une personne transgenre, d’avoir une identité de genre différente du sexe déterminé à la naissance.

Le 9 mars prochain, Sui Generis mettra sur pied la première journée sur le sujet à Neuch&...