Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Vers une nouvelle crèche des Puzzles

Les agissements de la directrice de l'établissement ont valu le retrait de son autorisation d'exploiter. La structure fermera, mais employées et parents songent à s'associer pour la sauver.

03 juil. 2012, 08:00
data_art_6184056.jpg

"Les gestes brusques, notamment de constrictions ou l'application de punitions d'un autre âge ne sont plus en adéquation avec les exigences d'une profession en lien avec l'enfance. Au regard de l'évolution de la prise en charge des enfants, ces gestes brutaux, qui ne laissent aucune trace visible sont néanmoins considérés comme de la maltraitance."

Le Service de la protection de l'adulte et la jeunesse (Spaj) a motivé, hier, les raisons qui l'ont amené à retirer l'autorisation d'exploiter à la directrice de la crèche les Puzzles, à Peseux (notre édition d'hier).

La dénonciation de celle-ci pour maltraitance sur les enfants par certaines de ses collaboratrices a été à l'origine d'une longue saga.

 

Violence psychologique

 

Le dossier du Spaj, complété par celui de la police, démontre "la quasi-permanence de violence psychologique pour les enfants comme pour le personnel créant un climat peu propice à l'épanouissement des uns et des autres" . Le Spaj estime donc que "les conditions propres à favoriser le développement physique et mental des enfants, ainsi que les qualités personnelles et éducatives de la directrice ne lui permettent plus d'assumer cette tâche" . En résumé, certaines exigences de l'Ordonnance fédérale sur le placement d'enfants (Opee) "ne sont plus remplies" , précise le Spaj qui tient à souligner la distinction entre les conclusions de l'enquête pénale - qui avait blanchi la directrice (notre édition du 26 mai) - et l'enquête administrative lui retirant son autorisation d'exploiter du moins dans le canton. "En matière de structures d'accueil, il n'existe pas de listes noires comme c'est le cas dans les établissements scolaires" , relève Christian Fellrath, chef du Spaj.

La crèche les Puzzles fermera ses portes, vacances obligent, le 23 juillet. Si le proche avenir de la structure d'accueil est incertain, Christian Fellrath reste confiant.

"Une partie du personnel et certains parents sont prêts à se constituer en association pour reprendre les rênes de la crèche et poursuivre son exploitation. En imaginant une cession de bail, les choses pourraient aller très rapidement. La personne qui a assuré l'intérim a une formation de directrice et la crèche pourrait rouvrir courant août."

Quoi qu'il en soit, Christian Fellrath assure que les 34 places des Puzzles sont acquises. A ce jour, une petite moitié des 70 enfants qui fréquent(ai)ent la crèche ont été retirés pour divers motifs. Jusqu'au 23 juillet, des collaborateurs du Spaj seront quotidiennement sur place pour "motiver le personnel à tenir le coup et à poursuivre la route" , indique son responsable.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias