Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Une passerelle en bois enjambera la H10 dès jeudi

Une passerelle d'un seul tenant sera posée après-demain. Le Conseil communal de Corcelles-Cormondrèche veut en faire une carte de visite à l'entrée du vieux bourg de Corcelles. L'ouvrage a de la gueule. Du moins sur projet! Vivement qu'on le juge sur pièce. Plus que 48 heures à attendre! Franchement, oui, la passerelle qui, dès jeudi, surmontera la H10, au nord des giratoires de la pharmacie, à Corcelles-Cormondrèche, promet de s'intégrer magnifiquement bien dans le cadre urbanistique. Aérienne, elle ambitionne visiblement de faire totalement oublier qu'elle est une pièce de plus dans un monde routier.

20 mai 2008, 12:00

Elle sera posée en une seule pièce jeudi, alors qu'elle a été conçue en deux parties distinctes et complémentaires: la rampe ponton matérialisée en pierre de taille et en béton ainsi que la passerelle projetée en bois lamellé-collé. «On ne sait pas encore à quelle heure avec précision la pose aura lieu», explique Kurt Aegerter, chef du service technique de la commune de Corcelles-Cormondrèche. «Les gens qui voudront être présents à ce moment-là sont les bienvenus, sans pour autant que cette installation n'ait été pensée comme un événement public.»

D'une portée de 26 mètres et d'un poids de 25 tonnes, la passerelle a d'abord été pensée par l'architecte Serge Grard et Maison d'Art'chitecture, à Fenin, puis construite dans les ateliers de Ducret-Orges SA, à Orges (VD). Elle quittera les ateliers demain dans la matinée. «Un convoi spécial sera organisé et escorté par la police. Les derniers travaux d'ajustement et de collage seront exécutés sur place, puis l'ouvrage sera posé jeudi», précise encore Kurt Aegerter.

Au départ, on avait envisagé de construire un passage inférieur pour piétons comme projet d'évitement de la route nationale. Puis les autorités communales ont demandé au Service des ponts et chaussées d'abandonner cette idée. Elles pensaient en effet que cette infrastructure, considérée comme un véritable coupe-gorge, ne serait pas utilisée par les piétons se rendant des quartiers nord en direction des transports publics (ligne TN1, Car postal, gare CFF Corcelles-Peseux). En outre, elle deviendrait vite la cible de tagueurs et d'autres déprédateurs.

«La passerelle enjambant la H10 sera accessible pour les piétons, les cycles, le petit matériel roulant et pour les véhicules de service», commente Serge Grard. «La déclivité naturelle est telle que l'accès aux handicapés en chaise roulante ne pourra se faire qu'avec l'aide d'un accompagnateur.»

Comment a-t-il pensé cette passerelle? «Telle une sculpture, elle a été taillée à l'échelle urbaine et paysagère du lieu. Elancée par ses portées, elle doit suggérer le mouvement et faciliter psychologiquement sa traversée en créant une dynamique séquentielle par la succession d'angles et de brisures.»

Il y a donc mise en scène... «Les largeurs et les hauteurs varient expressément pour éveiller et guider le passant d'une façon plus contextuelle et poétique. Des paliers charnières deviennent des lieux conviviaux, comme celui qui permet la vue sur les Alpes par l'échancrure du bâti existant situé à proximité du rond-point.» / SFR

Votre publicité ici avec IMPACT_medias