Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Peseux en déficit et en rogne contre l'Etat

17 déc. 2010, 11:05

«Le Conseil communal est très inquiet. Nous devons, année après année, chercher des mesures d'économies, et cela devient de plus en plus difficile.» L'exécutif de Peseux ne cache pas ses préoccupations concernant l'état des finances communales.

Ce soir à 18h30 à la Maison de commune, le Conseil général devra se prononcer sur un budget 2011 qui présente un déficit de 529 000 francs, pour 27 millions de charges. Un déficit plus important que celui inscrit au budget 2010 (105 000 francs).

Comment l'expliquer? «La politique du canton continue de péjorer notre situation financière», regrette le Conseil communal dans son rapport. Les décisions (ou non décisions) de l'Etat auraient plombé le budget de 339 000 francs par rapport à 2010. Un exemple donné: «Nous pouvons citer une baisse de 35 000 francs des émoluments perçus par le contrôle des habitants suite à la centralisation, par le canton, de l'établissement des passeports.»

L'exécutif note aussi la hausse «importante de certains budgets liés à des structures intercommunales». Par exemple l'anneau d'athlétisme, les patinoires ou encore la ligne 10: «Une augmentation de charges de 223 000 francs.»

Les rentrées d'impôts, estimées supérieures à 2010, tant pour les particuliers (10,4 millions) que pour les entreprises (530 000 francs), ne suffiront donc pas à rendre le budget positif. Si les résultats 2010 et 2011 sont conformes aux prévisions, la fortune communale diminuera à 5 millions de francs à fin 2011.

Quant aux investissements 2011, ils sont budgétés à 7,2 millions. «Si nous réalisons l'ensemble des investissements prévus, nous constatons que, selon notre capacité d'autofinancement, nous devrions augmenter notre endettement de 5,8 millions. Ceci est irréaliste si nous n'augmentons pas le coefficient d'impôt. Par conséquent, nous devrons faire des choix!», annonce le Conseil communal en toute franchise.

Conscient des difficultés financières de Peseux, le Conseil général devra toutefois se prononcer ce soir sur une demande de crédit de 90 000 francs destinée à rénover l'immeuble de la Grand-Rue 1, appartenant à la commune. «Le bâtiment présente des défauts d'isolation importants. Les actuels locataires s'en plaignent. Si nous souhaitons conserver ce bâtiment, nous devons réaliser ces travaux», indique l'exécutif.

Autre demande de crédit au menu: 50 000 francs pour le remplacement de la centrale téléphonique par la téléphonie internet. «Lors de la dernière panne du 22 octobre, le technicien nous a informés que l'installation était devenue très fragile et qu'elle était en fin de vie.» /vgi

Votre publicité ici avec IMPACT_medias