Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Mon chat voulait travailler avec des personnes âgées»

Certains se contentent de murmurer à l'oreille des chevaux. Suzanne Widmer, thérapeute à Peseux, communique, elle, avec tous les animaux. «Un jour, ma chatte Louise m'a dit qu'elle aimerait travailler avec des personnes âgées. J'étais très surprise mais j'ai suivi sa volonté en prenant contact avec le foyer de la Côte. Ils ont tout de suite été intéressés.» Ainsi, depuis près de six mois, Suzanne Widmer, emmène Louise, tous les quinze jours, dans ce home pour personnes âgées de Corcelles.

12 juin 2008, 12:00

«La première fois, je me demandais comment elle allait réagir. En fait, elle flaire les pensionnaires puis choisit toujours une personne sur laquelle elle va longuement s'asseoir. Ce travail fatigue énormément Louise. Après 30 minutes, elle est épuisée mais je ne lui demande pas ce qu'elle fait, ça ne me regarde pas.»

Réflexologue, énergéticienne et magnétiseuse, Suzanne Widmer a une expérience vieille de trente ans dans le domaine des thérapies alternatives avec les humains. Mais depuis qu'elle pratique la communication intuitive avec les animaux, elle s'est aussi mise à les soigner, avec des fleurs de Bach, par exemple, ou en les magnétisant quand leur parler ne suffit pas.

«J'ai toujours senti qu'il se passait quelque chose entre les animaux et moi.», raconte Suzanne Widmer qui a notamment suivi des cours avec la fameuse vétérinaire française Anna Evans, grande spécialiste de la communication intuitive.

«Parler, par télépathie, avec un animal nécessite de se mettre dans un état méditatif où l'on est totalement présent et dans lequel notre attention est complètement centrée sur lui», explique Suzanne Widmer. «Il faut ensuite conserver une attitude respectueuse en commençant par lui demander s'il est d'accord de communiquer avec nous, ce qui est quasiment toujours le cas, et ne pas oublier de le remercier à la fin.»

But de l'exercice: savoir pourquoi le comportement d'un animal a brusquement changé, lui demander s'il souhaite être stérilisé, voire, en cas de grave maladie, s'il préfère que l'on abrège ses souffrances ou s'il veut mourir naturellement. Des petits chiens qui lui confient être étouffés par le trop plein d'amour de leurs maîtres aux lapins lui narrant l'histoire de leur abandon, Suzanne Widmer n'est pas à court d'anecdotes. Mais quand il s'agit d'appeler Louise pour poser pour la photo, la chatte, qui s'enfuit à travers l'appartement, n'obéit pas à sa maîtresse. Mais peut-être est-ce un caprice. «Vous savez, les animaux c'est comme les enfants, il faut leur fixer des limites et parfois un peu les gronder!» / FLV

Votre publicité ici avec IMPACT_medias