La Comul a animé les débats au Conseil général

30 avr. 2009, 04:15

Lundi soir, au Conseil général de Corcelles-Cormondrèche, on a beaucoup débattu de la question Comul, pas Comul (Communauté urbaine du Littoral). Un sujet décidément chaud ces temps. Il n'y a qu'à voir les passions soulevées par le référendum réfutant la prolongation de la ligne 10 des TN, premier grand projet intercommunal concocté par la Comul.

En début de semaine, à Corcelles-Cormondrèche, c'était au sujet de la réalisation du projet de halle triple de sport à Peseux que le sujet est revenu sur la table. Point de départ: une motion déposée par la conseillère générale socialiste, Claire Hunkeler. Il y était simplement stipulé que «le Conseil communal est chargé d'étudier rapidement la construction d'une halle de gymnastique triple dans notre région et de placer sa réalisation dans ses priorités». «Un projet appuyé par beaucoup d'associations sportives, ancrées aussi bien à Colombier, à Cortaillod, qu'ailleurs», explique Daniel Licodia, porte-parole, sur ce projet, pour le parti Ralliement. «Un projet à quelque 13 millions de francs, l'équivalent de ce qu'a coûté la Riveraine à Neuchâtel.»

Après des heures d'échanges entre pro et anti-Comul, «a finalement été ajouté un tout petit bout de phrase à la motion», explique son auteure, Claire Hunkeler en riant. Et cet ajout définit que si le Conseil communal a envie de passer par la Comul pour concrétiser ce projet, il le peut, «notamment par son représentant à la Comul», alias Raphaël Comte, conseiller communal PLR. Donc, un zeste de Comul a passé en même temps que la motion.

Au départ, ont été déposés deux amendements. Un premier, du parti du Ralliement, qui souhaitait que le projet soit confié à la Comul. Et un second, du PLR qui souhaitait qu'il voie le jour avec l'aide des communes avoisinantes. Idée que partageaient nombre de socialistes, à l'instar de Claire Hunkeler. «Mais finalement, les deux amendements ont été retirés pour donner naissance à un troisième, commun Ralliement-PLR», commente Daniel Licodia. «Ce qui permettait d'avoir la majorité. Le Conseil communal soutenait, lui, le PLR au départ, ce que nous ne savions pas.»

Les débats lui ont semblé interminables lundi soir. «Les anti-Comul redoutaient la lourdeur de cette institution et les retards qu'elle ferait subir au projet.» Un argument qui ne fait pas le poids aux yeux de Daniel Licodia. «Comment voulez-vous que Peseux et Corcelles-Cormondrèche financent un projet à 13 millions, à elles deux? Peseux n'a pas les finances adéquates. Et Corcelles-Cormondrèche est en voie de redressement, avec un important endettement par habitant.» Pour lui, c'est clair et le contraire le rend fou: «Ce projet intéresse plusieurs communes. Ce qui prouve qu'il s'inscrit bel et bien dans un cadre régional. Si la Comul n'est pas concernée, alors la Comul ne sert à rien!» /sfr

La Comul a animé les débats au Conseil général