Fusion de Peseux: Neuchâtel veut un droit de regard sur le recours

La Ville de Neuchâtel veut suivre de près le recours contre la fusion lancée par trois habitants de Peseux. Elle a demandé à la Cour de droit public de figurer comme tiers intéressé à la procédure.

25 févr. 2019, 18:12
Le 25 novembre dernier, les pro-fusion de Peseux et Neuchâtel trinquaient à la naissance de Neuchâtel-Ouest. Mais le résultat du vote est contesté.

La Ville de Neuchâtel désire détenir un droit de regard dans la procédure contre la fusion de Peseux avec Valangin, Corcelles-Cormondrèche et Neuchâtel. Les autorités du chef-lieu ont saisi la Cour de droit public, indique Violaine Blétry-de Montmollin, confirmant une information de RTN.

Cette démarche est présentée par la conseillère communale comme une manière de prendre connaissance de l’évolution du dossier. Une attitude rendue nécessaire compte tenu des attaques adressées notamment aux autorités de la Ville par les anti-fuion lors de la campagne de votation.

De la sorte, l’exécutif de la capitale cantonale serait en mesure de répondre aux recourants, si le besoin s’en faisait sentir, devant le Tribunal cantonal, instance de recours appelée à trancher le recours interjeté par trois habitants de Peseux. Ceux-ci reprochent à la Ville de s’être immiscée dans le débat précédant le vote de Peseux sur la fusion. Fusion qui avait été acceptée par 54,56% des suffrages le 25 novembre dernier.