Votre publicité ici avec IMPACT_medias

De la cueillette au compost

Issus de 14 classes, 280 élèves ont récolté, hier, les quelque 400.000 dahlias qui seront piqués, aujourd'hui, sur les chars du corso fleuri de la Fête des vendanges de Neuchâtel «J'adore les fleurs et les plantes! A la maison, c'est moi qui m'en occcupe parce que ma maman n'a pas la main verte.» A l'instar de Lorraine, élève au collège des Charmettes, à Peseux, 280 enfants, ont ramassé, hier à Areuse, les quelque 400.000 dahlias qui orneront les chars du corso fleuri de la Fête des vendanges de Neuchâtel. Issus de quatorze classes de 4e et 5e primaire des collèges de Vauvilliers et des Esserts, à Boudry, ainsi que de ceux des Charmettes, à Peseux et de Vauseyon, à Neuchâtel, ces écoliers ont parcouru les 300 mètres du champ de dahlias de Claude Botteron, constructeur des chars. Mais auparavant, la fille de ce dernier, Jocelyne Fluhmann, a donné des consignes précises aux horticulteurs en herbe.

24 sept. 2006, 12:00
Pour la caisse de classe

«Les fleurs doivent être épaisses, sinon elles s'émiettent lorsqu'on les manipule. Je ne veux pas de pièces pourries et, surtout, n'oubliez pas de cueillir les petites têtes qui permettront de confectionner les motifs les plus minutieux.» Gantés et munis de caisses, les écoliers sont alors partis, par groupes, récolter les précieux dahlias, sous la houlette de leurs enseignants respectifs. «Les plus belles fleurs, ce sont les roses!», s'exclame, admirative, Nariman, tandis que son prof commente: «Le grand intérêt de cette cueillette, c'est qu'elle permet aux enfants de renflouer, grâce à leur travail, la caisse de classe.»

A l'issue de leur cueillette chaque classe reçoit, en effet, un forfait, en fonction du nombre d'élèves, pour avoir travaillé soit de 8 heures à 11h30, soit de 14h à 16 heures.

A chaque fleur son clou

Chargées dans un camion frigorifique, les caisses emplies de dahlias ont été acheminées, en fin de journée, au Nid-du-Crô, lieu de la construction des chars. Hier soir, nonante personnes se sont appliquées à mettre un clou à chaque fleur et des ouvriers, habitués à la hauteur, en ont déjà piqué sur les parties les plus élevées des chars. Aujourd'hui ce ne sont pas moins de 300 mains qui, jusqu'à 20 heures, termineront de fleurir les majestueux convois. A l'issue de la fête, les 400.000 dahlias qui auront valu un immense travail à un grand nombre de personnes finiront au compost. Non sans avoir, auparavant, ravi les yeux des spectateurs. / FLV

Votre publicité ici avec IMPACT_medias