Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un minifestival tout neuf s'installe sur les Jeunes-Rives

Un nouveau festival «à taille humaine» s'ouvre sur les Jeunes-Rives de Neuchâtel vendredi. Durant dix jours, des groupes locaux se produiront sur une miniscène, sous les saules pleureurs. La Ville soutient la manifestation.

01 sept. 2009, 04:15

Un nouveau festival est-il en train de naître sur les Jeunes-Rives? Des flyers annonçant la tenue prochaine du «festi coin coin» ont été largement distribués ces dernières semaines dans les rues de Neuchâtel. Mais quelle est cette manifestation qui doit s'implanter au bord du lac dès vendredi et jusqu'au 13 septembre?

Domenico Scaglia, organisateur de manifestations et vendeur de crêpes basé sur les rives de Neuchâtel, se cache derrière ce projet.

«Cela fait deux ans que je suis installé aux Jeunes-Rives avec une remorque et des crêpes. Festi coin coin est né spontanément d'un ras-le-bol, diagnostiqué chez les habitants, que ce parc urbain soit toujours aussi inhospitalier, et cela malgré les 500 000 francs investis récemment pour de petits réaménagements. Je souligne qu'il n'y a toujours pas de toilettes aux Jeunes-Rives!»

Alors, en attendant le résultat du concours Europan lancé par la Ville pour la réfection du site, Domenico Scaglia propose d'animer les rives à sa façon, avec le soutien de groupes locaux acceptant de jouer sans garantie financière. «Il s'agit d'un minifestival gratuit sur dix jours, en semi-acoustique, selon le même principe que le Buskers festival.»

Au programme, des artistes locaux de qualité qui, d'ailleurs, se produisaient déjà pour la plupart cet été au Buskers: Abraxas, Trip de Roots, Christophe Erard, I Skarbonari, Sylvie Mallard et Jaques Mandonnet, Robert Sandoz, Little big band ou encore Elandir.

«Je précise: ce sera petit, estival et à taille humaine. On monte une scène à partir de ma roulotte, sous les saules pleureurs.» Domenico Scaglia envisage également d'offrir une «scène libre» aux «artistes nomades», chaque après-midi durant le festival.

Pour assurer le bon déroulement de la manifestation, l'organisateur s'est approché des autorités communales, qui ont accepté de le soutenir, et a averti les riverains des Jeunes-Rives.

«Nous avons décidé de faire un essai cette année», indique Patrice Neuenschwander, délégué culturel de la Ville de Neuchâtel. «S'il fonctionne bien, on pourrait imaginer que ce type d'animation soit reconduit l'année prochaine, au rythme d'un ou deux concerts par semaine.» Il précise que ce minifestival vise «une centaine de spectateurs». «Nous lui avons accordé une petite subvention de 3500 francs pour commencer.»

Du côté de la police de la Ville, le sergent Philippe Dubey confirme avoir délivré les autorisations pour la tenue de l'évènement: «Le volume sonore est limité à 87 décibels et la manifestation jusqu'à 22h la semaine et 24h le week-end.»

«Ça bouge un peu aux Jeunes-Rives», se réjouit Patrice Neuenschwander. «Les riverains des Beaux-Arts sont maintenant en confiance grâce à Festineuch. Mais tout cela reste délicat, car les voisins tolèrent un nombre restreint de manifestations. C'est pourquoi la Ville autorise un minifestival limité dans le temps, et très peu sonorisé.» /VGI

«Festi coin coin», du 4 au 13 septembre sur les Jeunes-Rives. Le programme sur www.kiosk-art.ch

Votre publicité ici avec IMPACT_medias